Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

Privatiser la Station spatiale internationale? Pas si vite, dit le Congrès à Trump

© AFP | Cette photo issue d'une vidéo publiée par la Nasa montre deux astronautes à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS), le 16 février 2018.

WASHINGTON (AFP) - 

Le projet controversé du président américain Donald Trump de privatiser la Station spatiale internationale (ISS) à partir de 2025 se heurte à l'opposition de nombreux élus du Congrès, y compris au sein de la majorité républicaine.

L'administration américaine a annoncé en février vouloir mettre fin au financement public de la station afin de rediriger les crédits vers d'autres projets d'exploration spatiale, notamment le retour sur la Lune et, à terme, l'arrivée sur Mars.

Mais ce projet est considéré comme simpliste par les experts et, crucialement, par les parlementaires qui contrôlent les cordons de la bourse.

"On ne peut pas tout faire, l'argent fédéral n'est pas illimité", a convenu Lamar Smith, président républicain de la commission des Sciences de la Chambre des représentants, lors d'une audition mercredi.

Mais le compte n'y est pas, a-t-il insisté. Les économies dégagées par un éventuel désengagement de la station internationale ne se monteraient "pas à grand chose". "Cela ne nous fera pas retourner sur la Lune ou ailleurs", a-t-il dit en tançant un administrateur de la Nasa.

En chiffres, la Nasa dépense aujourd'hui entre 3 et 4 milliards de dollars par an pour l'ISS, en incluant le coût des transports de fret et d'astronautes. Si la station était privatisée, les Américains continueraient à payer pour les missions d'exploration et de recherche, et l'économie pourrait ne s'élever qu'à un milliard par an, a estimé la chercheuse Bhavya Lal, de l'Institute for Defense Analysis, ce qui serait loin de suffire pour financer une mission vers Mars.

Selon elle, "il est peu probable qu'une station spatiale privée soit économiquement viable d'ici à 2025", a-t-elle aussi dit.

L'inspecteur général de la Nasa, Paul Martin, a lui-même officiellement conclu qu'il était improbable que des entreprises privées assument les coûts opérationnels de la station en 2024, estimés à 1,2 milliard par an.

La cause de la Station spatiale unit républicains et démocrates.

Le sénateur ultra-conservateur Ted Cruz - qui représente le Texas, où est basé le mythique centre spatial Johnson de la Nasa, à Houston - a juré mercredi que tant qu'il présiderait la sous-commission de l'espace, la station serait financée.

Lui et ses collègues veulent prolonger la durée de vie de la station jusqu'à 2028, au lieu de la date-limite actuelle de 2024, qui elle-même avait remplacé la date de 2020. L'ISS opère depuis 1998.

Reste à savoir comment financer à la fois la station et les missions d'exploration vers la Lune et Mars. A moins d'une hausse spectaculaire du budget de la Nasa, aujourd'hui d'environ 20 milliards par an, la réponse n'a pas encore été trouvée.

© 2018 AFP