Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Trump assure que les préparatifs pour son sommet avec Kim se poursuivent

© AFP | Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 17 mai 2018

WASHINGTON (AFP) - 

Le président américain Donald Trump a assuré jeudi que les préparatifs pour son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un mi-juin à Singapour se poursuivaient en dépit des doutes que fait planer Pyongyang sur ce face-à-face historique.

"Rien n'a changé sur la Corée du Nord à notre connaissance, on ne nous a rien dit", a-t-il déclaré depuis le Bureau ovale. "Nous verrons", a-t-il ajouté.

"Si la rencontre a lieu, elle aura lieu, et si elle n'a pas lieu, nous passerons à l'étape suivante", a-t-il ajouté.

Quelques minutes plus tôt, sa porte-parole Sarah Sanders avait assuré qu'il n'y avait "pas de changement" dans le calendrier de l'exécutif américain. "A ce stade, nous poursuivons les préparatifs", avait-elle ajouté.

Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, Pyongyang a opéré mercredi un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, évoquant la possibilité de remettre en cause le sommet très attendu de mi-juin.

M. Trump a par ailleurs affirmé que le "modèle libyen" de dénucléarisation n'était en aucun cas celui qu'il souhaitait proposer pour la péninsule coréenne.

"Le modèle libyen n'est pas du tout ce que nous avons en tête", a-t-il déclaré, prenant le contre-pied de son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, qui a affirmé il y a quelques jours que c'était la référence de l'administration pour les négociations à venir.

Les propos de M. Bolton ont provoqué la colère de Pyongyang qui a dénoncé une "tentative sinistre d'imposer à notre digne État le destin de la Libye et de l'Irak".

Après avoir renoncé à son programme atomique, le leader libyen Mouammar Kadhafi a été tué lors d'un soulèvement soutenu par des bombardements de l'Otan.

© 2018 AFP