Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Rugby Mondial-2019: le sélectionneur du Japon a choisi de se priver de Goromaru

© AFP/Archives | L'arrière vedette du Japon Ayumu Goromaru lors d'une séance d'entraînement, le 2 octobre 2015 à Milton Keynes, près de Londres

HONG KONG (AFP) - 

Le sélectionneur du Japon Jamie Joseph a choisi de tirer un trait sur l'arrière vedette Ayumu Goromaru, dont l'étoile a pâli depuis 2015, lors de la Coupe du monde 2019 à domicile, a-t-il annoncé vendredi dans un entretien à l'AFP.

"Il a disparu du cadre depuis la Coupe du monde (2015)", a indiqué le technicien néo-zélandais.

Goromaru a été le visage des "Brave Blossoms" héroïques de 2015, lorsqu'ils avaient battu à la surprise générale l'Afrique du Sud (34-32).

Le buteur de 32 ans a enchaîné deux expériences non-concluantes aux Queensland Reds puis à Toulon, et s'est éloigné des radars du sélectionneur, malgré un retour sur l'archipel en 2017, au Yamaha Jubilo.

A plus d'un an de la Coupe du monde à la maison, l'esprit de Joseph est tourné vers les deux Tests à venir contre l'Italie, les 9 et 16 juin à Oita puis Kobe, et la Géorgie le 23 juin à Toyota.

"Nous voulons atteindre les quarts de finale" du Mondial, a indiqué le sélectionneur, par ailleurs à la tête des Sunwolves, la seule équipe japonaise du Super Rugby.

"Nous avons battu des équipes de premier plan ces dernières années. Nous aurions dû battre la France chez elle en novembre dernier, mais avons fait match nul (23-23)", a-t-il poursuivi.

"On peut être bon sur un match. C'est différent du Super Rugby: on joue quatre matches, c'est un tournoi très différent. C'est notre objectif", a assuré le Néo-Zélandais.

© 2018 AFP