Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

EUROPE

Le président de Catalogne Quim Torra inclut des prisonniers et des exilés dans son gouvernement

© Lluis Gene, archives AFP. | Quim Torra, alors député de Barcelone, à la tribune du Parlement catalan, le 1er mars.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/05/2018

Le nouveau président de Catalogne a formé, samedi, un gouvernement régional comprenant deux anciens ministres emprisonnés et deux autres exilés. Madrid, qui conserve la tutelle, pourrait bloquer cette initiative.

L'indépendantiste Quim Torra, nouveau président de Catalogne, a formé samedi 19 mai un gouvernement régional comprenant deux anciens ministres emprisonnés et deux autres exilés depuis la tentative de sécession d'avec l'Espagne.

Quim Torra, investi lundi dernier, a publié un décret nommant les membres du nouvel exécutif catalan, mais la formation de ce gouvernement pourrait être bloquée par Madrid.

Le gouvernement espagnol conserve en effet la tutelle sur cette région, imposée le 27 octobre 2017 lors d'une déclaration d'indépendance restée sans suite, et a mis en doute la légalité d'une prise de fonctions de ministres incarcérés en Espagne ou en fuite à l'étranger.

Puigdemont se considère comme "le président légitime"

Sur les 14 "conseillers" du gouvernement régional, deux, Jordi Turull et Josep Rull, sont en détention préventive près de Madrid. Deux autres, Toni Comin et Lluis Puig, vivent en exil en Belgique où ils avaient fui avec le président Carles Puigdemont après la destitution du gouvernement régional.

Turull et Rull ont annoncé qu'ils acceptaient la charge qui leur était confiée dans des messages identiques sur leur compte Twitter.

Quim Torra, élu président lundi par le parlement régional catalan, a été choisi par son prédécesseur destitué Carles Puigdemont, qui se considère toujours comme "le président légitime".

Carles Puigdemont attend en Allemagne que la justice se prononce sur un demande d'extradtion de la justice espagnole, qui veut le juger pour "rébellion" avec d'autres dirigeants séparatistes pour leur rôle dans la tentative de sécession.

Avec AFP

Première publication : 19/05/2018

  • ESPAGNE

    Présidence de la Catalogne : Quim Torra, le candidat-pantin de Carles Puigdemont

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : manifestation à Barcelone contre la détention d'indépendantistes

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Depuis Berlin, l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont tend la main à Madrid

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)