Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Homme battu à mort à Pau : trois personnes en garde à vue

© AFP/Archives | Trois personnes en garde à vue après la mort d'un trentenaire à Pau.

PAU (AFP) - 

Trois personnes ont été interpellées lundi matin et placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la mort d'un trentenaire vendredi soir en pleine rue à Pau, a-t-on appris auprès de la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac.

Les interpellations ont eu lieu "tôt ce matin", a indiqué à l'AFP la procureure, sans préciser l'âge des personnes placées en garde à vue.

La victime, un homme âgé de 32 ans, né au Burkina Faso et de nationalité française, avait été battu à mort par un groupe d'adolescents dans le quartier populaire Saragosse à Pau. L'agression s'était produite en pleine rue aux alentours de 19H00 dans un parc où des familles s'étaient rassemblées pour pique-niquer.

Plusieurs témoins, qui avaient alerté les secours, ont été entendus par la police. Selon eux, la victime aurait été rouée de coups par une douzaine de mineurs. Les secours arrivés sur place rapidement n'avaient pu la ranimer.

Selon Cécile Gensac, "la victime n'était pas inconnue des services de police en région parisienne", mais "n'avait pas fait parler d'elle depuis début 2018", époque de son arrivée à Pau. Selon le quotidien Sud Ouest, l'homme avait déjà été condamné pour "vol aggravé" et "trafic de stupéfiants" entre 2010 et 2015.

"Aucun lien n'est en l'état établi entre son passé et les faits survenus vendredi soir à Pau", a toutefois précisé la procureure.

Une enquête de flagrance a été ouverte. L'autopsie du corps de la victime aura lieu à l'institut médico-légal de Toulouse.

© 2018 AFP