Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Afrique

Une "vaccination ciblée" contre Ebola lancée en RDC

© Junior Kannah, AFP | Des infirmières préparent la vaccination à Mbandaka, le 21 mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/05/2018

Une campagne de vaccination contre la fièvre hémorragique Ebola a commencé en République démocratique du Congo (RDC), treize jours après la déclaration de l'épidémie qui a déjà fait 26 morts dans la région de Mbandaka.

Les autorités congolaises et l'OMS ont lancé lundi 21 mai à Mbandaka, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo,  "la vaccination ciblée" contre la fièvre hémorragique Ebola.

Sous des tentes blanches installées devant la mairie de Mbandaka, les premiers vaccins ont été administrés à une dizaine de soignants en présence du ministre congolais de la Santé le Dr Oly Ilunga.

"8 500 doses de vaccin ont été effectivement réceptionnées" par la RDC, a affirmé le directeur du programme élargi de vaccination (PEV) Guillaume Ngoie Mwamba, selon lequel "300 000 autres doses de vaccin sont disponibles", si besoin ultérieur.

>> À voir : RD Congo : le risque régional d'épidémie d'Ebola est élevé, prévient l'OMS

Les explications de notre envoyé spécial

26 morts

L'épidémie qui s'est déclarée début avril dans des zones isolées a fait 26 morts, dans la région de Mbandaka, d'après le bilan établi par l'OMS. Cette ville, qui compte 1,2 million d'habitants selon l'OMS, se trouve au carrefour d'axes de circulation routière, fluviale et aérienne majeurs.

À ce jour, les autorités ont signalé 49 cas de contamination confirmés ou suspects et s'attendent à "d'autres nouveaux cas", a dit le ministre Oly Ilunga. Le nombre de personnes ciblées par cette première phase de vaccination est estimé à plus de 600.

Pour Guillaume Ngoie Mwamba, l'opération durera tant que des personnes dont les contacts prouvés avec des malades d'Ebola ou leurs contacts se signaleront aux autorités sanitaires.  "Ce vaccin vient pour bloquer l'évolution de la maladie" même si, "ce ne sera pas une vaccination de masse parce qu'elle cible d'abord le personnel de santé", a déclaré le ministre congolais de la santé. Le deuxième cercle ciblé par la vaccination est constitué des contacts des malades, essentiellement les membres de leurs familles et des contacts de contacts", a-t-il ajouté.

Ebola provoque des fièvres hémorragiques, des vomissements et des diarrhées et se propage par le contact avec les fluides corporels d'un sujet infecté. C'est la neuvième fois que la République démocratique du Congo est touchée par le virus Ebola, qui a fait sa première apparition connue près de la rivière Ebola dans le nord du pays dans les années 70.

La fièvre hémorragique a provoqué une grave crise sanitaire en Afrique de l'Ouest entre 2014 et 2016, tuant 11 300 personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/05/2018

  • SANTÉ

    RD Congo : un premier cas d'Ebola détecté en zone urbaine

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Ebola en RD Congo : l’OMS se prépare au pire des scénarios

    En savoir plus

  • SIERRA LEONE

    Sierra Leone : les enjeux d'une présidentielle discrète

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)