Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Procès Samsung-Apple: le jury va poursuivre ses délibérations mardi

© AFP/Archives | Apple réclame plus d'un milliard de dollars à Samsung pour violation de brevets

SAN JOSÉ (ETATS-UNIS) (AFP) - 

Les jurés du procès entre les géants de la technologie Samsung et Apple vont se retrouver mardi pour une seconde journée de délibérations, afin de décider si le groupe sud-coréen doit compenser financièrement son concurrent américain pour violation de brevets.

La querelle entre les deux leaders mondiaux des smartphones dure depuis sept ans et Samsung ne commercialise plus le modèle incriminé.

Apple réclame un peu plus d'un milliard de dollars, tandis que Samsung pense qu'il ne doit à son rival qu'environ 28 millions de dollars.

Le jury doit déterminer si les éléments de design copiés par Samsung justifient le versement de la totalité des bénéfices engrangés avec le modèle de smartphone litigieux ou seulement d'une partie de cette somme car il ne s'agit que de composants.

Trois brevets d'Apple sont concernés, portant notamment sur la face rectangulaire avec des bords arrondis du smartphone et sur les icônes colorées rangées sur un écran noir.

En 2011, un premier procès avait tranché en faveur d'Apple et Samsung avait été condamné à payer 400 millions de dollars, montant que le groupe sud-coréen a toujours contesté.

L'affaire est remontée jusqu'à la Cour suprême des Etats-Unis qui, en 2016, a annulé la sanction de 400 millions de dollars, renvoyant le dossier dans le système judiciaire ordinaire.

© 2018 AFP