Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

Découvertes

Certains produits à base de talc que nous utilisons rapportent gros à l'organisation État islamique

© Tim de Waele/Corbis via Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 24/05/2018

Selon l'ONG Global Witness, une grande partie des ressources financières de l'organisation État islamique proviendrait de l'extraction illégale de talc.

Des centaines de milliers d'euros par an. C'est ce que rapporterait l'extraction illégale de talc à la branche afghane de l'organisation État islamique. Une part importante de la production serait par ailleurs écoulée aux États-Unis et en Europe, selon l'ONG Global Witness qui a mis en ligne son enquête téléchargeable à cette adresse.

VOIR AUSSI : Les cyber-jihadistes de l’EI abusent du site archive.org pour diffuser leur propagande

Ainsi, environ 500 000 tonnes de talc afghan auraient été exportées entre mars 2017 et mars 2018, en passant par le Pakistan qui l'envoie aux États-Unis, pays depuis lequel la marchandise est ensuite distribuée en Europe. En octobre 2016 déjà, Le Monde enquêtait sur l'industrie mondiale du talc et son impact sur les finances des talibans et jihadistes.

En consommant des produits cosmétiques à base de talc le citoyens américains et européens financent sans le vouloir l'organisation État islamique en Afghanistan, fait remarquer Nick Donovan, directeur de campagne de Global Witness dans un communiqué.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 24/05/2018