Accéder au contenu principal

Pyongyang fustige des propos "stupides" de Pence et entretient le doute sur le sommet

Mike Pence, le 5 mai 2018 à Dallas, au Texas.
Mike Pence, le 5 mai 2018 à Dallas, au Texas. Nicholas Kamm, AFP

Pyongyang a, jeudi, jugé "idiotes" et "stupides" des mises en garde du vice-président américain Mike Pence concernant le sommet historique prévu le 12 juin à Singapour avec Donald Trump, menaçant de "reconsidérer" la rencontre.

Publicité

Le doute a remplacé l'espèce d'euphorie qui flottait depuis l'annonce de la prochaine tenue de la première rencontre entre un président des Etats-Unis en exercice et un membre de la dynastie des Kim, en Corée du Nord. Une haute responsable de la diplomatie nord-coréenne a qualifié, jeudi 24 mai, de "stupides" de récents commentaires du vice-président américain Mike Pence à propos du sommet prévu entre Donald Trump et Kim Jong-un, menaçant de "reconsidérer" la rencontre.

Dans une interview accordée à la chaîne Fox News, Mike Pence avait assuré la veille qu'il n'y avait "aucun doute" sur le fait que le président américain était prêt à quitter les pourparlers s'il lui semblait qu'ils ne donneraient pas de résultats. "Ce serait une grave erreur pour Kim Jong-un de penser qu'il pourrait se jouer de Donald Trump", avait-il souligné.

>> À voir : Les jeunes Coréens du Sud favorables au rapprochement avec la Corée du Nord

Le vice-président américain avait aussi déclaré que la Corée du Nord pourrait finir comme la Libye de Mouammar Kadhafi, tué lors du soulèvement de son pays après avoir renoncé à l'arme atomique, "si Kim Jong-un ne passe pas un accord" avec Washington sur la dénucléarisation.

Décision "la semaine prochaine" sur la tenue du sommet

"Je ne peux pas cacher ma surprise devant de telles remarques idiotes et stupides venant de la bouche du vice-président américain", a déclaré la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Cheo Son-hui, dans une déclaration rendue publique par l'agence officielle KCNA.

"Au cas où les États-Unis iraient à l'encontre de notre bonne volonté et persisteraient dans des actes illégaux et insultants, je transmettrai une suggestion à la direction suprême (de la Corée du Nord) pour reconsidérer le sommet" prévu entre les deux États.

"Nous ne quémanderons pas auprès des États-Unis pour un dialogue, ni ne nous donnerons la peine de les persuader s'ils ne veulent pas s'asseoir ensemble avec nous", a-t-elle ajouté.

Les États-Unis ont promis mercredi une décision "la semaine prochaine" sur la tenue du sommet historique du 12 juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un, estimant que cela dépendait désormais du dirigeant nord-coréen.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.