Accéder au contenu principal

Israël presse les États-Unis de reconnaître sa souveraineté sur le Golan

Un drapeau israélien sur le mont Bental sur le plateau occupé du Golan le 10 mai 2018.
Un drapeau israélien sur le mont Bental sur le plateau occupé du Golan le 10 mai 2018. Jalaa Marey, AFP

La reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau occupé du Golan est l'un des principaux sujets de discussion entre Israël et les États-Unis, selon le ministre israélien chargé du Renseignement, Israel Katz.

Publicité

Israël presse la présidence américaine de reconnaître sa souveraineté sur le plateau occupé du Golan, a-t-on appris mercredi 23 mai auprès d'un ministre israélien qui dit penser que Washington accédera d'ici quelques mois à cette demande.

>> À voir : Au delà du conflit, carnet de route dans l'Israël d'aujourd'hui

Interrogé par Reuters, le ministre israélien chargé du Renseignement, Israel Katz, a déclaré que cette reconnaissance était désormais l'un des principaux sujets de discussion entre les deux pays.

Une telle décision s'inscrirait dans le sillage du retrait américain de l'accord sur le programme nucléaire iranien et dans celui du déménagement ce mois-ci de l'ambassade des États-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

>> À lire : Chroniques de Jérusalem, trois jours dans le huis clos d’une ville hors du temps

Le plateau du Golan est une zone stratégique d'environ 1 200 kilomètres carrés qui surplombe le territoire syrien. Territoire syrien jusqu'en 1967 et la Guerre des Six jours, cette région est depuis sous contrôle d'Israël, qui y mène une politique de colonisation et qui l'a annexé en 1981 sans toutefois obtenir de reconnaissance internationale.

"La réponse la plus douloureuse que l'on puisse infliger aux Iraniens"

Si la restitution du Golan à Damas fut un temps envisagée par le gouvernement israélien, elle n'est désormais plus d'actualité, l'État juif considérant la présence en Syrie d'éléments iraniens comme une menace pour sa sécurité.

Selon Israel Katz, la reconnaissance par les États-Unis du Golan comme territoire israélien viendrait à point nommé. "C'est le moment parfait pour prendre une telle décision. La réponse la plus douloureuse que l'on puisse infliger aux Iraniens serait de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan avec une déclaration américaine, une proclamation présidentielle gravée dans le marbre législatif", a-t-il dit à Reuters.

>> À voir : "Le droit international est à la merci d'une minorité"

Soulevée par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, lors de sa première visite à Donald Trump à la Maison Blanche, en février 2017, cette question est désormais examinée à tous les niveaux de la présidence américaine, a-t-il ajouté. "(...) Il y a une forte probabilité que cela se produise", a-t-il dit. Prié de dire si une telle décision pourrait être prise cette année, il a répondu "oui, dans quelques mois environ".

Invité à commenter ces propos, un représentant de l'ambassade des États-Unis en Israël a refusé de se prononcer. La reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan par les États-Unis se heurterait sans doute aux réticences de la communauté internationale et à celles de la Russie, qui réclame de longue date que son allié syrien puisse reprendre la contrôle de ce territoire.

>> À voir : La vie des habitants du Golan

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.