Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

EUROPE

Procès Lionnet : les employeurs reconnus coupables du meurtre de la jeune fille au pair

© Niklas Halle'n, AFP | Manifestations des proches de la jeune fille au pair française Sophie Lionnet à Londres, en octobre 2017.

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/05/2018

Deux mois après l'ouverture du procès à Londres de Ouissem Medouni et Sabrina Kouider, un couple de français accusé d'avoir tué leur jeune fille au pair française, le jury a rendu son verdict jeudi. Ils ont été reconnus coupable de meurtre.

Les Français Sabrina Kouider et Ouissem Medouni ont été reconnus coupables, jeudi 24 mai, du meurtre de leur jeune fille au pair Sophie Lionnet. Son cadavre carbonisé avait été retrouvé le 20 septembre dans le jardin de leur domicile, à Londres.

Les 12 jurés s'étaient retirés pour délibérer le 16 mai. La décision a été prise à l'unanimité pour Sabrina Kouider, et à une majorité de 10 voix contre 2 pour Ouissem Medouni. Leurs peines seront prononcées le 26 juin.

"Seuls Kouider et Medouni savent exactement comment ils ont tué Sophie, mais l'accusation a pu prouver qu'elle était morte à la suite de violences intentionnelles et constantes, et pas par accident", a souligné le parquet après la condamnation.

Ils ont également été reconnus coupables d'entraves au fonctionnement de la justice pour avoir tenté de faire disparaître le corps de la jeune femme de 21 ans, originaire de Troyes (sud-est de Paris) en le brûlant.

>> À lire : Qu'est-il arrivé à Sophie Lionnet, la jeune fille au pair française assassinée à Londres ?

Le procès avait débuté le 19 mars devant la cour criminelle de l'Old Bailey à Londres. Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 35 ans, avaient tous deux plaidé non coupable du chef d'accusation de meurtre, évoquant un accident et rejetant chacun la responsabilité sur l'autre, mais avaient reconnu avoir tenté de brûler le corps de Sophie Lionnet.

Le couple persuadé d'un complot

Le corps de la victime avait été retrouvé par les pompiers, alertés par des voisins du couple, intrigués par une importante fumée et une "horrible" odeur se dégageant de leur propriété du sud de Londres.

Le corps présentait de multiples fractures, aux côtes, au sternum ou à la mâchoire, mais en raison des brûlures la cause exacte de la mort n'a pas pu être déterminée.

Selon l'accusation, Kouider et Medouni étaient persuadés d'un complot fomenté par Sophie Lionnet avec Mark Walton, un ex-compagnon de Sabrina Kouider et fondateur du groupe Boyzone, pour droguer et abuser sexuellement des membres de leur famille.

>> À lire : "Mort d'une Française à Londres : le statut des jeunes au pair en question"

Ils avaient fait subir à la jeune fille, décrite comme "inexpérimentée, timide et naïve", des interrogatoires musclés, enregistrés pour certains, pour lui extorquer des aveux.

Le dernier est survenu dans la salle de bains du couple dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017, date supposée de la mort de Sophie Lionnet, durant lequel elle a été torturée et battue avant d'être tuée, selon le procureur.

Sabrina Kouider avait affirmé au cours du procès s'être endormie au moment où la jeune fille au pair subissait des violences mortelles de la part de son compagnon.

Dans sa version des faits, Ouissem Medouni avait quant à lui soutenu qu'il était allé dormir ce soir-là, laissant Sabrina Kouider interroger la jeune fille, avant qu'elle ne vienne l'alerter de la mort de celle-ci.

Avec AFP

Première publication : 24/05/2018

  • ROYAUME-UNI

    Mort d'Alfie Evans, le bébé britannique au cœur d'une bataille judiciaire

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Mort d'une Française à Londres : le statut des jeunes au pair en question

    En savoir plus

  • FÉMINISME

    En Europe, des "marches des femmes" pour leurs droits et contre Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)