Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

L'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Johnny Hallyday : "Même pas mort"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'industrie se rue sur les robots

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun : la demande d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions chez Mélenchon : le leader de la France insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

Les cavalières de Dior défilent à Chantilly

© AFP | Défilé Dior dans les Grandes Ecuries de Chantilly, le 25 mai 2018

PARIS (AFP) - 

Silhouettes de cavalières, dentelles et touche latino-américaine: Dior a investi le cadre prestigieux des Grandes Ecuries de Chantilly pour présenter vendredi soir un défilé "croisière" accompagné d'un numéro d'amazones mexicaines, qui ont dû braver une pluie battante.

Ce défilé "croisière" correspond à une collection de prêt-à-porter présentée entre deux saisons, généralement dévoilée par les grandes griffes dans des lieux d'exception, à l'écart des circuits habituels des Fashion Weeks.

L'année dernière, la directrice artistique de Christian Dior, Maria Grazia Chiuri avait emmené la tribu de la mode dans le désert californien. Cette fois, ce sont les plus grandes écuries d'Europe, dans le domaine de Chantilly, qui ont servi de décor à son défilé.

"Chantilly a beaucoup de références, c'est un haut-lieu de l'univers du cheval également célèbre pour sa dentelle", souligne la créatrice italienne, interrogée par l'AFP.

Deux éléments qui ont inspiré la collection: les cavalières de Dior sont coiffées de bombes en cuir, chaussées de bottes, vêtues de pantalons et de vestes matelassées. La dentelle connaît diverses déclinaisons, version cuir, en matières techniques ou plus traditionnelles.

Les femmes portent la cravate. La toile de Jouy, sur laquelle s'invitent des animaux sauvages, se taille un franc succès sur des pantalons, des vestes, des jupes à volants. Les broderies apportent une touche folklorique.

Les robes aux jupes volumineuses, serrées à la taille par de larges ceintures en cuir, et les chapeaux évoquent l'allure des "escaramuzas", cavalières mexicaines participant à la tradition équestre de la "charreada".

Vêtues pour l'occasion de robes Dior noires et blanches, coiffées de chapeaux à larges bords des mêmes couleurs, ces amazones sur des chevaux blancs ont fait une démonstration dans le manège qui servait de cadre au show, stoïques malgré la pluie battante, tout comme les mannequins qui ont défilé autour de la piste.

"J'ai été fascinée en voyant les images de ces femmes, qui tiennent à garder leur féminité tout en faisant du rodéo", explique la créatrice. "Elles se maquillent, mettent du rouge à lèvres vif... C'est le message que je fais passer avec ma collection, cette idée qu'on peut être forte sans renoncer à sa féminité".

© 2018 AFP