Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

Orlando Sierra, de l'AFP, photographe de l'année au Honduras

© AFP | le président du Parlement Mauricio Oliva Herrera (d) remet au photographe de l'AFP Orlando Serra la médaille du prix du photographe de l'année, le 24 mai 2018 à Tegucigalpa, au Honduras

TEGUCIGALPA (AFP) - 

Le Parlement du Honduras a décerné jeudi le prix du photographe de l'année à Orlando Sierra, qui travaille pour l'AFP depuis 1992, saluant sa capacité à saisir "des moments vibrants de notre Histoire" dans ce pays qui est l'un des plus dangereux au monde pour les journalistes.

Lors d'une cérémonie, les "Prix parlementaires 2018" ont été remis à M. Sierra et onze autres journalistes locaux.

Avant de remettre la médaille de sa récompense au photographe de l'AFP, le président du Parlement, Mauricio Oliva, a souligné dans un discours "son talent fin pour la photographie", grâce auquel il "saisit des moments vibrants de notre Histoire et dépeint les différents angles de la réalité".

Orlando Sierra, 52 ans, a lui réagi en expliquant que "la meilleure information n'est pas toujours celle qui est donnée en premier mais, très souvent, celle qui est le mieux racontée". "Cela, je l'ai appris en travaillant avec l'AFP depuis 25 ans", a-t-il ajouté.

Diplômé de l'Université nationale autonome du Honduras, M. Sierra a d'abord travaillé comme rédacteur et photographe du journal La Tribuna pendant 16 ans, puis trois ans comme reporter de la chaîne Televisa.

La cérémonie de remise des prix a commencé par une minute de silence en hommage aux 71 journalistes, propriétaires et employés de médias de communications assassinés depuis 2003 au Honduras. Dans plus de 90% des cas, ces crimes restent impunis.

Le pays d'Amérique centrale, miné par la pauvreté, la corruption et la violence des gangs, est considéré comme l'un des plus dangereux au monde pour exercer le journalisme.

En 2017, son actualité a notamment été marquée par la réélection contestée du président Juan Orlando Hernandez, le 26 novembre dernier, contre laquelle des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, obligeant à déclarer l'état d'urgence temporairement.

Plus de 30 personnes ont été tuées et plusieurs centaines ont été arrêtées au cours de ces troubles, selon des organisations de défense des droits de l'homme.

© 2018 AFP