Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Allemagne : Angela Merkel à l'offensive pour sauver l'économie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jamal Khashoggi : "Ce dont le monde arabe a le plus besoin, c'est de la liberté d'expression"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi : le début de la fin pour MBS ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

EUROPE

Fragilisé en Espagne, Mariano Rajoy ne se rendra pas à la finale de la Ligue des champions

© Javier Soriano, AFP | Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, lors de la finale de Ligue des champions entre la Juventus et le Real Madrid, le 3 juin 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/05/2018

Suite au dépôt d'une motion de censure du Parti socialiste, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a décidé d'annuler son déplacement de samedi à Kiev pour la finale de la Ligue des Champions.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, sous le coup d'une motion de censure de l'opposition socialiste, a décidé d'annuler son voyage à Kiev samedi 26 Mai pour la finale de la Ligue des Champions samedi, ont déclaré vendredi ses services.

Fan de la première heure du Real Madrid, présent lors des trois dernières finales de la C1 remportées par les Merengue (2014, 2016, 2017), il manquera la rencontre entre le club madrilène et Liverpool.

Le Parti socialiste (PSOE), première formation d'opposition, a déposé vendredi matin une motion de censure pour renverser Mariano Rajoy et former un nouveau gouvernement à sa place. Son parti, le Parti Populaire (PP) a été condamné dans un méga-procès pour corruption.

Cette crise politique a éclaté au lendemain de la publication par la justice d'un arrêt concluant que le PP a bénéficié d'un financement illicite dans le cadre d'un vaste système de versement de pots-de-vin en échange de l'octroi de marchés publics dans plusieurs régions. Le tribunal a également conclu à l'existence d'une "caisse noire" au sein du parti, ce que ses dirigeants niaient.

Une motion au résultat incertain

Pour réussir, la motion de censure devra être votée par 176 députés, une majorité absolue que le PSOE ne pourrait rassembler qu'en s'alliant à la gauche radicale de Podemos, qui lui a garanti son soutien, et aux petits partis nationalistes.

Le parti libéral Ciudadanos, devenu le principal rival de Mariano Rajoy dans les sondages et qui compte 32 députés, a annoncé qu'il s'opposerait à cette motion de censure. Ambitionnant de gouverner, il n'a aucune intention de porter les socialistes au pouvoir. Mais il a en revanche exigé des élections anticipées. "La condamnation du gouvernement pour corruption a mis un terme à la législature", a lancé le chef de Ciudadanos, Albert Rivera, dans un tweet.

Selon Antonio Barroso, analyste au cabinet Teneo Intelligence, la réussite de cette motion de censure reste "improbable, les partis d'opposition étant incapables de se coordonner pour renverser Rajoy". Mais pour Angel Talavera, analyste d'Oxford Economics, "L’Espagne semble se diriger vers de nouvelles élections". Le PP de Mariano Rajoy n'ayant pas la majorité à la chambre des députés depuis 2015, "c'est juste une question de temps", a-t-il ajouté sur Twitter.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 26/05/2018

  • ESPAGNE

    Espagne: le dirigeant de Podemos Pablo Iglesias dans la tourmente

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Espagne : l'indépendantiste Quim Torra élu président de la Catalogne

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Clásico : le FC Barcelone et le Real Madrid dos à dos

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)