Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Hanouna: le rapporteur du Conseil d'Etat moins sévère que le CSA

© AFP/Archives | L'animateur et producteur Cyril Hanouna, le 8 juin 2016 à Paris

PARIS (AFP) - 

Deux des trois sanctions que le CSA avait infligé à la chaîne C8 pour les émissions de Cyril Hanouna doivent être annulées, a préconisé le rapporteur du Conseil d'Etat, dont les recommandations ont été publiées samedi par Le Parisien.

Le Conseil Supérieur de l?Audiovisuel avait décidé en juin 2017 de supprimer la publicité dans l'émission quotidienne "Touche pas à mon poste" pendant deux semaines après un acte jugé sexiste de l'animateur-producteur.

Cette sanction d'une vigueur inédite est "disproportionnée", a estimé le rapporteur du Conseil d'Etat Laurence Marion, qui recommande plutôt une amende de 50.000 euros en réponse à un recours de Canal+, le groupe propriétaire de C8.

Dans cette séquence de décembre 2016, Cyril Hanouna avait posé la main de sa chroniqueuse Capucine Anav sur son sexe. Si le "geste est déplacé", note Laurence Marion, "Capucine Anav donne son accord de manière audible, ne paraît ni contrainte ni gênée".

Le rapporteur préconise également l'annulation d'une deuxième sanction, une autre semaine sans publicité infligée par le CSA à C8 pour un canular où Cyril Hanouna avait fait croire à un de ses chroniqueurs qu?il avait tué un producteur.

La troisième sanction prononcée par le CSA, une amende de 3 millions d?euros, doit cependant être confirmée, a estimé le rapporteur public. Le CSA l'avait administrée à la chaîne pour un canular jugé homophobe, où Cyril Hanouna s'était fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce et répondait de façon caricaturale et en direct aux hommes qui le contactaient.

La chaîne C8, jointe par l'AFP, n'a pas souhaité réagir.

L?avis du rapporteur est souvent suivi, mais pas toujours, par le Conseil d'Etat.

Le groupe Canal+ a également déposé deux recours indemnitaires devant le Conseil d'Etat contre ces trois semaines sans publicité. Le patron de Canal+ Vincent Bolloré réclame 13 millions d'euros en réparation du manque à gagner publicitaire, une somme 10 fois supérieure à la perte réelle, selon une source proche du dossier.

Après avoir été talonnée fin 2017, l'émission quotidienne de Cyril Hanouna sur C8 est repassée ces derniers mois devant sa concurrente de TMC, "Quotidien", et Cyril Hanouna a signé avec le groupe Canal+ jusqu'en 2021.

Tous programmes confondus, l'audience de C8 a cependant baissé de 0,3 point en un an, à 3,2% de part d'audience, quasiment à égalité avec TMC (3,1%).

© 2018 AFP