Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Afrique

Emmanuel Macron joue à nouveau le médiateur en Libye

© Jacques Demarthon, AFP | Le maréchal Khalifa Haftar et Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à la Celle-Saint-Cloud, le 25 juillet 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/05/2018

Emmanuel Macron tente une nouvelle fois de reprendre la main sur le dossier libyen, à l'arrêt depuis la dernière conférence qui avait réuni les frères ennemis libyens à la Celle-saint-Cloud il y a tout juste un an.

Les principaux acteurs de la crise en Libye seront réunis mardi à Paris pour une conférence internationale, qui doit notamment permettre de préparer la tenue d'élections d'ici la fin de l'année dans le pays.

Les décideurs du pays seront présents à Paris : le Premier ministre Fayez al-Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est du pays, le président de la chambre des représentants Aguila Salah Issa et le président du Conseil d'État Khaled al-Mishri. Au total, vingt pays, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, seront représentés à la rencontre, organisée sous le patronage de l’ONU.

Une feuille de route sur la table

L’objectif pour l’Élysée est "d'obtenir une feuille de route commune sur laquelle s'engagent pour la première fois les plus hautes autorités des institutions libyennes". Celle-ci prévoit "la tenue d'élections présidentielle et législatives d'ici à la fin de l'année", ainsi qu’une "simplification des institutions libyennes" avec une seule banque centrale et un seul Parlement, et un travail d'unification des forces armées dans le pays. Un point d'étape est prévu sous la forme d'une conférence dans trois mois.

>> À voir aussi : Des femmes de l’Aquarius racontent les violences sexuelles subies en Libye

Les représentants des quatre principales institutions du pays ont donné leur accord de principe pour s'engager sur un texte commun, explique-t-on à l’Élysée. "Tous conviennent que le statu quo n'est pas tenable. Si on y arrive, ce sera une étape décisive et une vraie réussite pour les Libyens".

Un exercice délicat

Mais le processus de pacification du pays s’annonce épineux. Plusieurs initiatives lancées en ce sens ces dernières années se sont heurtées aux profondes rivalités politiques qui traversent le pays. Déjà en 2017, Emmanuel Macron avait organisé une réunion à la Celle-Saint-Cloud pour obtenir la signature d’un cessez-le-feu et l’organisation d’élections au printemps 2018. Mais à peine le sommet achevé, les deux frères ennemis, le maréchal Haftar et Fayez al-Sarraj, avaient de nouveau laissé éclater leurs divergences par médias interposés.

>> À lire aussi : Khalifa Haftar, homme fort de l’est de la Libye, hospitalisé en France

Sur le terrain, la situation sécuritaire reste précaire : les violences sont toujours permanentes, le trafic d’armes et d’êtres humains considérable. La Libye reste divisée entre le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale, basé à Tripoli et installé après les accords de paix de Skhirat de 2015, et un gouvernement parallèle dans l'est du pays soutenu par le maréchal Haftar.

Avec Reuters

 

Première publication : 27/05/2018

  • LIBYE

    Libye : le maréchal Haftar fait taire les rumeurs et revient "en bonne santé" à Benghazi

    En savoir plus

  • FRANCE

    Financement libyen : Nicolas Sarkozy mis en examen

    En savoir plus

  • LIBYE

    Libye : la commission électorale visée par une attaque meurtrière à Tripoli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)