Accéder au contenu principal

Gaza : plusieurs membres du Jihad islamique tués par l'armée israélienne

Un poste d'observation du Jihad islamique touché par l'armée israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 Mai 2018
Un poste d'observation du Jihad islamique touché par l'armée israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 Mai 2018 Said Khatib, AFP

L'armée israélienne a visé dimanche un poste d'observation du mouvement Jihad islamique dans le sud de la bande de Gaza, faisant trois morts.

PUBLICITÉ

Trois membres du Jihad islamique palestinien ont été tués dimanche 27 mai par des tirs de chars israéliens dans la bande de Gaza, ont affirmé des sources médicales. Ce mouvement, présent dans l’enclave palestinienne est un groupuscule islamiste indépendant du Hamas.

L'armée israélienne a confirmé avoir pris pour cible un poste d'observation, expliquant avoir agi en représailles après le dépôt d'une bombe dans la nuit près de la barrière frontalière. Des ingénieurs militaires ont fait exploser la bombe sans faire de victimes, a indiqué Tsahal sur Twitter.

Des dizaines de Palestiniens qui manifestaient vendredi 25 Mai à la frontière entre la bande de Gaza et Israël ont été blessés par des tirs de l'armée israélienne et les gaz lacrymogènes au terme d'une nouvelle journée de protestation.

Plus de 100 Palestiniens tués depuis deux mois

Depuis que les Palestiniens ont commencé à manifester devant la frontière entre Israël et Gaza le 30 mars, 113 Palestiniens ont été tués et des milliers ont été blessés par l'armée israélienne. Il n'y a pas eu de victimes israéliennes, mais Israël a signalé d'importants dégâts aux terres agricoles de son côté de la frontière, causés par des cerfs-volants portant des bombes incendiaires lancés de la bande de Gaza.

En Israël, l'armée a annoncé samedi la mort d'un soldat blessé jeudi lors d'une opération en Cisjordanie occupée par des Palestiniens qui avaient laissé tomber d'un bâtiment un bloc de pierre sur sa tête. Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux funérailles du militaire, dimanche à Jérusalem.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.