Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 28/05/2018

"L'Italie cède au diktat de l'Europe"

© France 24

A la une de la presse, ce lundi 28 mai, le refus de Giuseppe Conte de diriger le nouveau gouvernement italien, les derniers rebondissements de la saga diplomatique entre les Etats-Unis et la Corée du nord. La liste des sites retenus pour le loto du patrimoine, en France. Et la belle histoire d’un héros malien sans-papiers.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la une de la presse, ce matin, le refus de Giuseppe Conte de diriger le nouveau gouvernement, en Italie.

 

Cette décision fait suite au refus du président de la République, Sergio Mattarella, de nommer l'eurosceptique Paolo Savona, choisi par la coalition antisystème pour occuper le ministère de l'Économie. «Le roi Serge fait tout sauter», titre Il Fatto Quotidiano, qui annonce que Giuseppe Conte pourrait être remplacé à la tête du Conseil italien par un ancien haut responsable du Fonds monétaire international, Carlo Cottarelli - à la grande fureur des dirigeants de la Ligue et du Mouvement 5 Etoiles, qui demandent, eux, la destitution de Sergio Mattarella. Mécontentement, aussi, de Libero, qui répète que «Mattarella démolit tout», en acceptant de «se plier aux ordres» et au «diktat» de l’Europe. «On pensait que la souveraineté appartenait au peuple italien, et non à l’impératrice qui est à Berlin», cingle le quotidien conservateur. Le Corriere della Sera s’alarme, pour sa part, de la «crise institutionnelle» provoquée, selon lui, par le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, et par leur «défi irresponsable» de choisir pour l’Economie un candidat ouvertement opposé à l’euro – obligeant de fait, le président Matterella à opposer son veto et à convoquer de nouvelles élections.

 

Rebondissement, également, aux Etats-Unis, où Donald Trump a finalement annoncé hier que ses équipes préparaient sa rencontre avec Kim Jong-Un. Le dernier épisode en date de cette saga diplomatique fait la une du Korea Times – qui montre le dirigeant nord-coréen embrassant chaleureusement le président sud-coréen Moon Jae-in – des embrassades qui ont eu lieu lors de leur rencontre, samedi, dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. Un rendez-vous tenu secret, au cours duquel Kim Jong-un aurait fait part au président sud-coréen à la fois de sa volonté de rencontrer Donald Trump et de dénucléariser «complètement» la Corée du nord. Mais alors pourquoi tant de cafouillages et de déclarations belliqueuses? Réponse du Korea JoongAng Daily: si Kim Jong-un a semblé faire machine arrière un moment, c’est parce qu’il craignait «pour la sécurité de son régime» - des craintes visiblement apaisées depuis quelques heures. Pas sûr, néanmoins, que les jours qui viennent ne réservent encore quelques surprises – à voir, enfin, avec le dessin de Brian Adcock, trouvé sur Twitter, qui montre Kim Jong-un et Donald Trump en couche-culotte, autour de la colombe de la paix. Le président américain lui administre un traitement de choc: «Ca y est, ça revient»… «pour le moment», complète Kim Jong-un, maillet à la main.

 

En France, on connaît maintenant la liste des sites retenus pour bénéficier en priorité du loto du patrimoine. D’après Le Figaro, le tirage spécial du loto qui sera organisé le 14 septembre prochain, le jour précédent les journées européennes du patrimoine, devrait bénéficier à 18 sites au total, répartis sur l’ensemble du territoire français, qui devraient se partager une manne évaluée entre 15 et 20 millions d’euros. Parmi les 18 sites retenus, il y a notamment la maison de l’écrivain Pierre Loti, en Charente-Maritime, celle d’un autre écrivain, Aimé Césaire, en Martinique ou encore le couvent de Saint François en Corse et l’église Notre-Dame en Indre-et-Loire. Cette mission confiée à l’animateur de télé Stéphane Bern, proche d’Emmanuel Macron a fait un peu tousser les milieux culturels mais ravit Le Figaro – qui rappelle, au passage, que l’idée de recourir à la loterie pour sauver le patrimoine n’est pas nouvelle, et qu’elle a été empruntée aux Anglais. Le journal salue la volonté «de rompre avec la vieille conception jacobine de l’État tout-puissant et son corollaire redouté de tous, l’impôt». «Avec cette loterie, la solidarité évolue, assure le journal: elle prend en charge une autre facette de la France. Le patrimoine, puisqu’il est le trésor de tous, devient l’affaire de tous».

 

Il a fait partie pendant des décennies du patrimoine télévisuel français, l’animateur Pierre Bellemare est mort samedi. Le Parisien salue ce «pionnier de la télé disparu à l’âge de 88 ans, ce conteur «extraordinaire » dont les émissions ont marqué des générations de Français. Pierre Bellemare, qui aurait sans doute adoré raconter l’histoire de ce jeune Malien sans papiers qui a réussi à sauver, samedi, la vie d’un enfant de quatre ans, qui s’était retrouvé accroché au balcon de l’appartement familial, au quatrième étage. Pour secourir l’enfant, Mamoudou Gassama a tout simplement escaladé la façade de l’immeuble à mains nues - un exploit à la Spider Man qui a fait la tour des réseaux sociaux, et qui a été porté à la connaissance de la mairie de Paris, qui dit «avoir évidemment à cœur de le soutenir dans ses démarches pour s’établir en France» et à la connaissance, aussi, de l’Elysée, où il doit être reçu ce matin. Lu dans Le Parisien.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/10/2018 Revue de presse

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

Dans la presse ce 23 octobre, la caravane de migrants honduriens poursuit sa route à travers le Mexique, direction les États-Unis. Une crise humanitaire scrutée par les presses...

En savoir plus

23/10/2018 Revue de presse

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

À la une de la presse ce mardi 23 octobre, l'affaire Khashoggi et ces pays qui demandent des comptes à l'Arabie saoudite, aux prises avec la plus grave crise internationale...

En savoir plus

22/10/2018 Revue de presse

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

Dans la presse ce lundi 22 octobre, les dernières révélations sur les circonstances de la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, des informations distillées au...

En savoir plus

22/10/2018 Revue de presse

"Le système Mélenchon"

À la une de la presse ce lundi 22 octobre, l'inquiétude des Russes après l'annonce du retrait américain du traité de 1987 sur les armes nucléaires de portée intermédiaire, des...

En savoir plus

19/10/2018 Revue de presse

L'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail

Dans la presse ce vendredi, l'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail, une mesure, selon certains, visant à détourner les esprits de l’emprisonnement de généraux par...

En savoir plus