Accéder au contenu principal

Roland-Garros : Rafael Nadal et Serena Williams bousculés, mais vainqueurs

Rafael Nadal n'a pas eu beaucoup de répit au 1er tour.
Rafael Nadal n'a pas eu beaucoup de répit au 1er tour. Pierre René-Worms, FMM

Malmené par l'Italien Simone Bolelli, Rafael Nadal s'est tout de même imposé en trois sets, non sans lutter près de trois heures. Une journée globalement compliquée pour les têtes d'affiche, puisque Serena Williams et Maria Sharapova ont aussi peiné.

PUBLICITÉ

En 2017, et pour la troisième fois de sa carrière après 2008 et 2010, Rafael Nadal avait remporté Roland-Garros sans avoir perdu le moindre set. En 2018, le décuple vainqueur du grand chelem parisien a dû s'employer pour garder vif son espoir de réitérer telle performance. Face au "lucky loser" Simone Bolelli, éliminé en qualifications et finalement repêché, le numéro un mondial connu toutes les peines du monde pour asseoir son jeu et conclure son premier tour en trois manches (6-4, 6-3, 7-6 (11/9)), mardi 29 mai.

Il lui aura fallu deux jours et près de trois heures de jeu pour battre l'Italien, qui avait cédé dans les ultimes joutes des deux premières manches, avant de prendre les devants dans le troisième set (3-0), lundi soir. Interrompue par la pluie, la rencontre a repris mardi en début d'après-midi, permettant au Majorquin de recoller au score. Mais c'est au terme d'un tie-break compliqué, au cours duquel Bolelli a eu l'occasion de conclure à quatre reprises, que Nadal a validé son billet pour le 2e tour. Une entrée en lice plus compliquée qu'à l'accoutumée pour le roi "Rafa", qui aura donc dû s'employer dès les premières heures de Roland-Garros 2018.

Le tenant du titre n'a pas été le seul à se faire bousculer parmi les favoris qui débutaient leur tournoi, mardi. Le Croate Marin Cilic (numéro 3) a lui aussi été poussé dans ses retranchements par l'Australien James Duckworth, puisqu'il s'est imposé en trois manches, mais sans toutefois surnager (6-3, 7-5, 7-6 (7/4)). Même constat pour l'Américain John Isner (numéro 9), qui a peiné face à la fougue de son jeune compatriote Noah Rubin, bénéficiaire d'une "wild card" (6-3, 7-6 (9/7), 7-6 (9/7)). La journée a en revanche été beaucoup plus simple pour le Sud-Africain Kevin Anderson (numéro 6), qui n'a fait qu'une bouchée de l'Italien Paolo Lorenzi (6-1, 6-2, 6-4).

Serena Williams passe dans la douleur

Chez les femmes aussi, les têtes d'affiche ont profité des premières joutes pour affiner leurs réglages. Maria Sharapova, toujours en quête de son niveau d'antan, est même passée tout près de la porte face à la Néerlandaise Richel Hogenkamp. Breakée dans la troisième manche, elle est toutefois parvenue à renverser la vapeur pour se qualifier (6-1, 4-6, 6-3).

Le 1er tour n'a pas non plus été évident pour Serena Williams. De retour de maternité, l'Américaine a bataillé pour prendre le dessus sur la Tchèque Kristyna Pliskova, qu'elle a tout de même écartée en deux manches (7-6 (7/4), 6-4).

À peine plus tranquille, l'Espagnole Garbine Muguruza (numéro 3) a elle aussi mis un set à se mettre en jambes, avant de dominer l'éternelle Russe Svetlana Kuznetsova (7-6 (7-0), 6-2).

Ferro s'offre un tour de plus

Du côté français, la belle surprise du début de journée est venue du court n°18, où la Française Fiona Ferro a parfaitement su profiter de l'ambiance pour dominer une joueuse pourtant classée 200 places devant elle à la WTA. Sa victime, l'Allemande Carina Witthöft, s'est inclinée en deux manches (6-4, 6-2). Au prochain tour, Ferro rencontrera Muguruza.

Moins surprenant mais franchement rassurant, Caroline Garcia (numéro 7) n'a pas non plus traîné sur le court. Opposée à la Chinoise Yingying Duan, elle a laissé filer le premier jeu avant de marquer les douze suivants, compostant son billet pour le 2e tour en moins d'une heure. Et en fin de journée, Myrtille Georges a manqué le carton plein pour les Bleues, en s'inclinant face à l'Américaine Taylor Townsend (6-4, 6-2).

Chez les hommes, Adrian Mannarino, qui ouvrait le bal des Tricolores, a confirmé qu'il n'était décidément pas à l'aise sur la terre battue. Face à l'Américain Steve Johnson, il a été balayé en trois sets secs (7-6 (7/1), 6-2, 6-2).

Nicolas Mahut avait lui fort à faire, face à Juan Martin Del Potro (numéro 5). Mais malgré un très bon début de match, il s'est finalement incliné en quatre sets (1-6, 6-1, 6-2, 6-4) face à l'Argentin qui s'est rassuré malgré une petite blessure aux adducteurs.

Enfin, sur le court Philippe-Chatrier, le marathon du jour entre le Tchèque Tomas Berdych et Jérémy Chardy n'est pas allé à son terme, mais il a pour le moment tourné en faveur du Français, qui a remporté les deux premiers sets au tie-break (7-6 (7/5), 7-6 (10-8). Les deux hommes reprendront la troisième manche mercredi à 1 jeu partout. Même sanction pour pour le Français Pierre-Hugues Herbert, accroché par le Canadien Peter Polansky (3-6, 6-4), et pour le dernier Bleu du jour, Julien Benneteau, mené 6-2, 4-3 par l'Argentin Leonardo Mayer.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.