Accéder au contenu principal

Roland-Garros : grosse performance pour Chardy, galères diverses pour les favoris

Le Français Jérémy Chardy, vainqueur surprise du Tchèque Tomas Berdych.
Le Français Jérémy Chardy, vainqueur surprise du Tchèque Tomas Berdych. Pierre René-Worms, FMM

Opposé au Tchèque Tomas Berdych, le Français Jérémy Chardy est sorti vainqueur d'un marathon de plus de 4 heures de jeu face à un adversaire mieux classé que lui. Plus globalement, les favoris de Roland-Garros ont été soumis à rude épreuve mercredi.

Publicité

envoyé spécial à Roland-Garros

Traditionnellement, Roland-Garros réserve à chaque journée sa belle histoire du jour. Il ne fait guère de doute que celle de ce mercredi 30 mai sera dédiée au Français Jérémy Chardy. Classé au 86e rang mondial, il est parvenu à se défaire de la tête de série n°17 du tournoi, le Tchèque Tomas Berdych. Un succès arraché sur deux jours et en 4 h 13 de jeu, au meilleur des cinq manches. Mardi soir, le match avait été interrompu par les intempéries alors que Chardy avait remporté les deux premières manches au tie-break. Son retour a donc été plus compliqué encore, mais le Français est parvenu à se remobiliser au meilleur moment, en début de cinquième set, pour faire la différence et rallier le 2e tour de Roland-Garros (7-6 (7/5), 7-6 (10-8), 1-6, 5-7, 6-2).

L'orage de la veille avait aussi laissé dans l'expectative deux autres Français, qui ont également brillé pour leur retour sur les courts mercredi. À 36 ans, Julien Benneteau s'est offert un superbe baroud d'honneur sur le court n°1 en dominant l'Argentin Leonardo Mayer en quatre manches (2-6, 7-6 (7/4), 6-2, 6-3) et retrouvera un autre Albiceleste au tour suivant, Juan Martin del Potro. Enfin, Pierre-Hugues Herbert, lui aussi retardé la veille, a assumé son statut de favori face au "lucky loser" canadien Peter Polansky (6-3, 4-6, 6-2, 6-2).

Chez les femmes, la dernière tête de série à n'avoir pas encore pu disputer son 1er tour est elle aussi passée sans trop d'encombres. Numéro un mondiale, la Roumaine Simona Halep a mis un set à se régler face à l'Américaine Alison Riske, avant de dérouler sous les regards d'un court central presque vite (2-6, 6-1, 6-1).

Les cadors passent la seconde

Parmi les têtes d'affiches féminines qui étaient engagées au 2e tour du tournoi mercredi, rares sont celles qui ont pris le temps de profiter d'une météo matinale enfin printanière porte d'Auteuil. En ouverture sur le Lenglen, l'Ukrainienne Elina Svitolina (n°4) a fait rapidement le job face à la Slovaque Viktoria Kuzmova (6-3, 6-4), tandis que la Tchèque Petra Kvitova (n°8) affinait ses réglages face à l'Espagnole Lara Arruabarrena (6-0, 6-4), sur le court n°1.

Plus tard dans la journée, la Danoise Caroline Wozniacki (n°2) n'a pas été moins inspirée, en infligeant une correction à l'Espagnole Georgina Garcia Perez, issue des qualifications (6-1, 6-0).

Du côté des hommes, malgré un petit retard à l'allumage, l'ex-numéro un mondial Novak Djokovic a passé sans encombre le 2e tour, en dominant en trois sets le qualifié espagnol Jaume Munar (7-6 (7/1), 6-4, 6-4). Il n'y a pas eu non plus de miracle pour le jeune Français Corentin Moutet, qui a subi la loi du Belge David Goffin (n°8) en trois manches, malgré une belle résistance au premier set (7-5, 6-0, 6-1).

L'après-midi a en revanche été beaucoup plus compliquée pour la tête de série n°2, Alexander Zverev. L'Allemand a été contraint à un marathon de cinq manches par le Serbe Dusan Lajovic, qu'il a finalement écarté (2-6, 7-5, 4-6, 6-1, 6-2). Une galère similaire à celle du n°4 Grigor Dimitrov, qui est passé tout près de la porte face à l'Américain Jared Donaldson. Le Bulgare s'est sorti d'un bien mauvais pas au terme d'un cinquième set conclu dans la douleur (6-7 (7/2), 6-4, 4-6, 6-4, 10-8).

Pour Dominic Thiem (n°7), la situation n'est pas non plus idéale. L'Autrichien n'a pas pu terminer sa rencontre en raison de la nuit, alors qu'il menait 6-2, 2-6, 6-4 face au Grec Stefanos Tsitsipas.

Simon brille, Paire passe tout près

Pour les Français qui disputaient leur 2e tour, la journée n'a pas été de tout repos non plus. Auteur d'une prestation majuscule face au Japonais Kei Nishikori, Benoît Paire a bataillé trois heures, durant mais s'est incliné dans les derniers échanges d'un cinquième set ponctué par de nombreux breaks (6-3, 2-6, 4-6, 6-2, 6-3).

Et avec Chardy, l'autre très belle performance du jour est à mettre à l'actif de Gilles Simon. Auteur d'un beau début de saison après une année 2017 très compliquée, le Français a confirmé sa forme du moment en dominant l'Américain Sam Querrey, pourtant tête de série n°12 (1-6, 7-6 (7/3), 6-4, 6-1). Une superbe performance pour le Niçois, qui sera donc au 3e tour de Roland, comme en 2016.

En fin d'après-midi, la belle journée des Bleus s'est confirmée avec la qualification de Gaël Monfils pour le 3e tour. Autoritaire, "La Monf'" n'a fait qu'une bouchée du qualifié slovaque Martin Klizan, balayé en trois manches (6-2, 6-4, 6-4). Lucas Pouille, également en lice ce mercredi, a vu sa rencontre interrompue par la nuit alors qu'il menait 6-2, 6-4, 5-7 face au Britannique Cameron Norrie.

Enfin, coté féminin, la journée s'est conclue sur le Lenglen par un duel franco-français entre Pauline Parmentier et Alizé Cornet. Une rencontre à couteaux tirés au cours de laquelle Cornet a manqué 25 balles de break (2/27), pour le plus grand bonheur de Parmentier (6-7 (2/7), 6-4, 6-2), qui rejoint ainsi les 16e de finale de Roland-Garros pour troisième fois de sa carrière, après un combat, là encore, de plus de trois heures. Un tarif presque quelconque au regard des statistiques de ce mercredi dantesque.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.