Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

FRANCE

"Tu seras un homme, mon fils" : mobiliser les pères pour lutter contre les violences faites aux femmes

© Fondation des femmes | Capture d'écran du spot "Tu seras un homme, mon fils".

Texte par Françoise MARMOUYET

Dernière modification : 31/05/2018

La Fondation des femmes a lancé mercredi la campagne "Tu seras un homme, mon fils". Avec un clip et la voix du rappeur Oxmo Puccino, l'opération vise les pères de famille, et plus généralement les hommes, afin de promouvoir une éducation égalitaire.

"Le harcèlement et les violences faites aux femmes, ce n'est pas que l'affaire des femmes."C'est, en substance, le message de la campagne #TuSerasUnHommeMonFils, lancée mercredi 30 mai sur différents supports par la Fondation des femmes.Objectif : lutter contre les violences faites aux femmes en poussant les pères à éduquer leurs fils dans un climat d’égalité entre les sexes.

Dans cette vidéo de 45 secondes, on voit un homme échanger avec son fils au quotidien : il conseille et console lors de jeux d’enfants ou d’une compétition de natation, il observe, ému, un premier émoi amoureux… Sur ces images résonne la voix du rappeur Oxmo Puccino. "Si tu sais soutenir, sans vouloir dominer. Que tu peux être fort, sans être violent (...) Tu seras un homme, mon fils (...) Si tu refuses qu'on humilie ta mère, ta sœur, ou tes amies, comme toutes les femmes que tu croiseras dans ta vie. Alors ce jour-là, oui, tu seras un homme, mon fils", scande le rappeur, sur le modèle du célèbre poème de l’écrivain anglais Rudyard Kipling, publié au début du XXe siècle.

"Il en va de la responsabilité des pères"

Pourquoi cibler les pères de famille ? "La demande est venue des hommes eux-mêmes après le déferlement de l’affaire Weinstein. Beaucoup se sont dits qu’ils ne pouvaient pas rester étrangers à ce vaste mouvement de prise de conscience et qu’il fallait davantage s’impliquer pour faire cesser les violences", répond Maxime Ruszniewski, cofondateur de la Fondation des Femmes, interrogé par France 24. "Avec ce spot positif, nous nous faisons les porte-voix de ceux pour qui être un homme en 2018, c’est se monter respectueux, honnête, et, pourquoi pas, pleurer si on en ressent le besoin."

Autre raison de se concentrer sur le rôle du père : "Les questions d’éducation et de transmission sont souvent absentes des campagnes de prévention, or c’est fondamental, car c’est en amont que la violence se transmet", insiste le militant.

"L'éducation est un levier majeur pour lutter contre les représentations sexistes et les violences de genre. Il en va de la responsabilité des pères", renchérit le docteur Gilles Lazimi, membre du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, sollicité par France 24.

Une éducation égalitaire repose sur quelques principes simples et faciles à appliquer, poursuit-il. "Un père qui ne tient jamais de propos discriminatoires envers les femmes, relève et corrige les discours sexistes, un père qui donne l’exemple en prenant part aux tâches ménagères et n’assigne pas son garçon à des jeux stéréotypés, façonne un homme qui plus tard refusera les stéréotypes de genre et les violences faites aux femmes", détaille le médecin.

Toucher un public plus large et plus jeune

Selon un sondage Kantar, réalisé en ligne auprès de 1 005 personnes à l'occasion de cette campagne, près de huit personnes interrogées sur dix estiment que le changement pour l'égalité femmes-hommes est "une affaire de femmes autant que d'hommes" (82 % des femmes et 72 % des hommes).

Des stéréotypes de genre restent toutefois présents chez les plus jeunes générations, les hommes de moins de 35 ans étant les plus nombreux à répondre "qu'être un homme", c'est "être le meilleur" (58 %) ou "ne pas pleurer" (37 %).

Un résultat qui n'étonne pas Maxime Ruszniewski. "Si la tolérance concernant l’orientation sexuelle augmente chez les jeunes, les progrès sont plus lents sur les questions d’égalité hommes-femmes, c’est pourquoi il faut marteler le message", estime-il. Le choix du rappeur Oxmo Puccino pour donner de la voix sur ce spot repose justement sur la volonté de toucher un public plus large et plus jeune.

Le film publicitaire, conçu par l'agence TBWA, sera diffusé jusqu’à la fin du mois de juin sur les chaînes des groupes TF1 et France télévisions. Il sera notamment visible sur la première chaîne vendredi, avant le match de préparation à la Coupe du monde de football qui opposera la France à l'Italie.

Première publication : 30/05/2018

  • OSCARS 2018

    Des Oscars 2018 sous le signe de #MeToo et de l'après-affaire Weinstein

    En savoir plus

  • FRANCE

    #balancetonporc : après l'affaire Weinstein, les témoignages de harcèlement déferlent sur Twitter

    En savoir plus

  • SOCIÉTÉ

    De DSK à Weinstein, les mêmes rouages en cause

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)