Accéder au contenu principal

Roland-Garros 2018 : Nadal expéditif, les cadors dans le bon tempo

Rafael Nadal, expéditif face à l'Argentin Guido Pella.
Rafael Nadal, expéditif face à l'Argentin Guido Pella. Pierre René-Worms, FMM

À l'image de Rafael Nadal, impérial face à l'Argentin Guido Pella, les favoris ont déroulé au 2e tour de Roland-Garros 2018. Une journée également marqué par la bonne tenue des Français engagés.

PUBLICITÉ

Il ne faisait pas bon affronter les têtes d'affiche, ce jeudi, au 2e tour de Roland-Garros 2018. Le premier à l'avoir appris à ses dépens, le qualifié Polonais Hubert Hurkacz, se sera au moins offert les honneurs du court central durant quatre sets face au Croate Marin Cilic (n°3), qui n'a toutefois pas eu à forcer son talent pour rejoindre les 16e de finale du tournoi parisien (6-2, 6-2, 6-7 (3/7), 7-5).

Un set, c'est en tout et pour tout ce qu'aura laissé en chemin Kevin Anderson (n°6) avant de se défaire de l'Uruguayen Pablo Cuevas (6-3, 3-6, 7-6 (7/5), 6-4), tout comme l'Autrichien Dominic Thiem, qui a conclu une rencontre compliquée entamée mercredi face au Grec Stefanos Tsitsipas (6-2, 2-6, 6-4, 6-4).

"Rafa" Nadal en balade, les favorites aussi

Rafael Nadal, en quête d'un onzième titre sur l'ocre parisien, aura lui été beaucoup moins généreux. Après un premier tour compliqué face à l'Italien Simone Bolleli, il a livré une prestation beaucoup plus aboutie face au terrien argentin Guido Pella. Une victoire en trois petits sets (6-2, 6-1, 6-1), qui confirme qu'il est bien le candidat le plus sérieux à sa propre succession.

Chez les femmes aussi, les machines semblent bien rodées, à l'image de la solide victoire de la Roumaine Simona Halep (n°1), qui n'a fait qu'une bouchée de l'invitée américaine Taylor Townsend (6-3, 6-1). En deuxième rotation sur le court n°1, la Russe Maria Sharapova s'est un peu plus attardée, mais elle a su conclure au bon moment face à la Croate Donna Vekic (7-5, 6-4). Le 2e tour a en revanche été un peu plus difficile pour la Tchèque Karolina Pliskova (n°6), qui a eu besoin de trois sets face à sa compatriote Lucie Safarova (3-6, 6-4, 6-1).

Et que dire de Serena Williams. Revenue sur le circuit en mars après 14 mois d'absence, la star américaine a été longtemps malmenée par l'Australienne Ashleigh Barty, mais elle a su, comme au premier tour, hisser son niveau de jeu après une entame difficile pour l'emporter (3-6, 6-3, 6-4).

Enfin, l'Espagnole Garbine Muguruza (n°3) a elle aussi fait honneur à son rang, en dominant logiquement la jeune invitée Française Fiona Ferro (6-4, 6-3), qui a ainsi eu tout le loisir de mesurer ce qui la sépare encore du top niveau mondial.

Les Bleus ont fait le boulot

Du côté des Bleus, justement, la journée a été globalement satisfaisante. Interrompu par la nuit mercredi, Lucas Pouille a su conclure rapidement son match face au Britannique Cameron Norrie. Un succès en quatre manches (6-2, 6-4, 5-7, 7-6 (7/3)) qui lui ouvre les portes des 16e de finale pour la deuxième fois de sa carrière.

Quatre sets, c'est également ce qu'il a fallu à Richard Gasquet pour venir à bout du Tunisien Malek Jaziri (6-2, 3-6, 6-3, 6-0), sur un court Suzanne Lenglen clairsemé mais globalement acquis à sa cause.

En revanche, Julien Benneteau n'a lui rien pu faire face à l'Argentin Juan Martin Del Potro (n°5). Pour son dernier Roland-Garros, le seizième d'une longue carrière, il a tiré sa révérence sur une rencontre à sens unique : une défaite en trois sets secs (6-4, 6-3, 6-2) logique, et qui n'effacera pas son superbe premier tour arraché sur le court n°1 face à l'Argentin Leonardo Mayer, en début de semaine.

Un court n°1 qui a vibré en fin de soirée sur un autre duel, franco-français cette fois, entre Pierre-Hugues Herbert et Jérémy Chardy. Deux hommes qui s'étaient déjà bien employés pour franchir le 1er tour, et qui ont offert au public un nouveau marathon. Une rencontre de plus de trois heures qui a finalement souri à Herbert, vainqueur en cinq sets (2-6, 6-3, 6-2, 3-6, 9-7), et qui jouera donc pour la première fois au 3e tour sur la terre battue parisienne.

Enfin côté femmes, la seule rescapée bleue – puisque Ferro a logiquement été éliminée – se nomme Caroline Garcia. Face à la Chinoise Peng Shuai, la tête de série n°7 a alterné le bon et le moins bon mais a su s'appuyer sur le public du Lenglen pour rejoindre, elle aussi, les 16e de finale de Roland-Garros en trois sets (6-4, 3-6, 6-3).

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.