Accéder au contenu principal

Roland-Garros 2018 : Thiem, Zverev, Djokovic... les stars assurent leur place en quarts

Novak Djokovic, victorieux face au vétéran espagnol Fernando Verdasco.
Novak Djokovic, victorieux face au vétéran espagnol Fernando Verdasco. Pierre René-Worms, FMM

Il n'y aura pas eu de favori au tapis, ce dimanche à Roland-Garros, à l'occasion des premiers 8e de finale du tournoi. Une surprise à signaler, tout de même, avec la victoire de l'Italien Marco Cecchinato sur la tête de série belge David Goffin.

Publicité

Les tours passent mais le constat reste identique dans le tableau messieurs. Comme lors des joutes précédentes, les potentiels tombeurs de Rafael Nadal ont tous rallié le tour suivant, mais aucun n'est parvenu à franchement convaincre, alors que se profilent désormais les quarts de finale de cette édition 2018 de Roland-Garros.

Pour la tête de série n°2 Alexander Zverev, le chemin de croix continue. Déjà poussé en 5 sets lors de ses deux matches précédents (en 32e par Lajovic puis en 16e par Dzumhur), l'Allemand n'a pas dérogé à ses bonnes habitudes en se livrant une nouvelle fois à un marathon victorieux. Sa victime, le Russe Karen Kachanov, avait pourtant impressionné au tour précédent en surclassant le numéro un français Lucas Pouille. Mais face à ce Zverev qui monte en puissance en mode diesel, il n'a rien pu faire (4-6, 7-6 (7/4), 2-6, 6-3, 6-3).

Dynamique similaire pour l'Autrichien Dominic Thiem qui, comme lors des deux tours précédents, s'est imposé en lâchant une manche. Un "coup de mou" qui avait surpris en 32e face à Tsitsipas et plus encore en 16e contre Berrettini, mais qui semble cette fois un peu plus compréhensible face au Japonais Kei Nishikori. Score final 6-2, 6-0, 5-7, 6-4 pour Thiem, qui confirme lui aussi sa lente montée en régime.

Djokovic pas convaincant, Cecchinato surprenant

L'inconnue est en revanche toujours aussi grande en ce qui concerne Novak Djokovic. L'ex-numéro un mondial attendait un vrai test à ce stade des 8e de finale, mais il n'a eu droit qu'à une pâle version de l'Espagnol Fernando Verdasco. Un duel qu'il a logiquement dominé en trois sets (6-3, 6-4, 6-2), sans toutefois montrer de grandes choses.

Enfin, la belle histoire du jour est italienne, avec la qualification de Marco Cecchinato devant un Lenglen pourtant globalement acquis à la cause de David Goffin. En perdition sur le court, le Belge a plié physiquement, probablement après avoir subi le contrecoup de son tour précédent face à Gaël Monfils. La tête de série n°8 s'est inclinée en quatre manches (7-5, 4-6, 6-0, 6-3).

Stephens et Keys n'ont pas forcé, Wozniacki retardée

Du côté des femmes, pas d'immense surprise non plus, si ce n'est l'élimination de la Tchèque Barbora Strycova, qui n'a rien pu faire face à la Kazakhe Yulia Putintseva (6-4, 6-3). Dans les autres 8e de finale du jour, la logique a été globalement respectée. Très solide face à une Anett Kontaveit joueuse mais plombée par son inconstance, l'Américaine Sloane Stephens n'a eu qu'à renvoyer la balle pour rejoindre le tour suivant. L'Estonienne, qui a multiplié les fautes directes, s'est inclinée sur un score sans appel, 6-2, 6-0.

Une autre Américaine s'est également extirpée sans trop de soucis du piège des 8e de finale : Madison Keys, qui n'a pas eu à forcer son talent face à la Roumaine Mihaela Buzarnescu, pourtant tombeuse de Svitolina (n°4) au tour précédent. Très au-dessus, Keys s'est imposée en deux petites manches, 6-1, 6-4.

Enfin, en clôture de ce dimanche pas franchement emballant, la Danoise Caroline Wozniacki s'est mise dans une situation compliquée face à la Russe Daria Kasatkina, en concédant le 1er set au tie break (7-6 (7/5)), juste avant d'être interrompue par la nuit. La Danoise, tête de série numéro 2, sera donc au pied du mur lors de la reprise, lundi 4 juin, à 3-3 dans un deuxième set tout aussi indécis.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.