Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 05/06/2018

Issoufou : "Les pays doivent honorer leurs engagements" en matière d’immigration

© France 24

Dans cet Entretien, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, revient notamment sur la question des migrants, la crise libyenne et la répression de manifestations au Niger.

Pour le président du Niger Mahamadou Issoufou, le dernier drame en Méditerranée, où plusieurs dizaines de migrants ont péri "nous interpelle tous". Il appelle ainsi l’Europe à tenir ses engagements avec l’Afrique en matière migratoire, malgré la montée du populisme, en Italie et ailleurs.

Le président demande également à la communauté internationale de tenir les promesses de financement de la force G5 Sahel, expliquant que seule l’Arabie saoudite a pour le moment décaissé l’argent promis lors d’une conférence de donateurs en début d’année, et qu'il faut absolument pérenniser le financement de l'opération.

Sur la Libye, Mahamadou Issoufou affirme que la décision prise à la conférence de Paris de tenir des élections le 10 décembre 2018 est "un pari" dont il espère que les forces libyennes seront à la hauteur.

Et surtout, il affirme par ailleurs que deux travailleurs humanitaires enlevés au Niger, l’Américain Jeffery Woodke (en octobre 2016) et l’Allemand Jorg Lange (en avril 2018) sont en vie et que des négociations sont en cours pour leur libération.

Le chef d'État réagit également aux accusations d’ONG et de militants sur la répression de manifestation au Niger en affirmant que l’état de droit y est respecté, et accuse certains militants d’être en fait des "putschistes".

Enfin, il affirme de façon "irrévocable" qu’il ne modifiera pas la Constitution afin de pouvoir se présenter pour un troisième mandat à la tête du Niger en 2021.

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/10/2018 L'Entretien de France 24

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

Alors que 821 millions de personnes souffrent encore de la faim dans le monde, l'organisation des Nations unies consacrée à l'agriculture et à l'alimentation, la FAO, lance un...

En savoir plus

15/10/2018 L'Entretien de France 24

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

Dans son troisième roman, "1994", le journaliste algérien Adlène Meddi revient sur une année charnière de la décennie noire en Algérie. Il retrace l’histoire de quatre lycéens...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

Dans le cadre du sommet de la Francophonie à Erevan, en Arménie, France 24 et RFI ont interviewé le président rwandais Paul Kagame, qui a souligné sa volonté d’améliorer les...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

Emmanuel Macron juge l'affaire Khashoggi "très grave"

Dans une interview exclusive à France 24 et RFI, Emmanuel Macron s'est exprimé pour la première fois sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien...

En savoir plus

12/10/2018 L'Entretien de France 24

"Sans accord sur nos frontières, pas d'avenir dans l'UE pour le Kosovo et la Serbie"

"Je signerai l’accord de paix Kosovo-Serbie, indépendamment des voix critiques, quand l’UE et les États-Unis auront une garantie de la reconnaissance du Kosovo par la Serbie", a...

En savoir plus