Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Comment Apple compte faire de Safari le meilleur navigateur en matière de protection de la vie privée

© Bloomberg/Getty | Tim Cook, le 4 juin 2018, lors de la WWDC.

Texte par Marine BENOIT

Dernière modification : 05/06/2018

Avec macOS High Sierra, Apple avait ouvert les hostilités contre les traqueurs publicitaires et autres cookies de comportement. MacOS Mojave et la nouvelle version de Safari ont officiellement fait de ces derniers leurs ennemis de choix.

Cette année, Apple a fait le choix de centrer sa WWDC, conférence annuelle réservée aux développeurs, sur sa partie logicielle exclusivement. Si les annonces liées à la réalité augmentée furent nombreuses (nouveaux Animoji, Memoji, mise à niveau d’ARKit…), et sans doute les plus remarquées, d’autres mises à jour plus subtiles viendront dans les mois prochain améliorer notre expérience au sein de l’écosystème Apple. Parmi les plus intéressantes, les évolutions de Safari, le navigateur Web de la marque à la pomme.

VOIR AUSSI : iOS 12 : voici les meilleures nouveautés à venir sur nos iPhone

Apple nous avait déjà offert l’an passé plusieurs fonctionnalités destinées à mieux contrer le ciblage publicitaire, une pratique plus que jamais contestée depuis le scandale Cambridge Analytica. Ainsi, après le blocage des cookies de tracking et celui des vidéos en autoplay (c’est-à-dire s’enclenchant, parfois même avec le son, sans que l’on n’ait rien demandé), Apple récidive : les éléments directement intégrés aux sites Web comme les boutons de partage, y compris le fameux bouton "J’aime" de Facebook, seront bloqués par défaut par Safari. Jusqu’ici, ce type de widget servait tout particulièrement à traquer les utilisateurs en se passant de leur consentement. Merci Facebook.

De plus, Safari promet de rendre plus opaques les configurations du système établies par chaque utilisateur, constituant "l’empreinte digitale" d’un appareil. Il faut savoir qu’en fonction de nos préférences (habitudes de navigation, plug-ins exécutés, polices installées…), toute entreprise est susceptible d’établir des profils d’internautes à des fins marketing. Sous macOS Mojave et iOS 12, Safari masquera ainsi une grande partie de ces données, exposant uniquement les informations de configuration générique et les polices par défaut. L'idée étant de rendre notre Mac ou notre iPhone sensiblement identique aux millions d’autres en activité dans le monde. De la même manière, Safari nous alertera explicitement dès qu’un Web tentera d'accéder à nos cookies ou à toute autre donnée, et nous demandera si nous lui accordons ou non une autorisation.

Suggestion de combinaisons complexes, stockage, auto-remplissage… De nombreuses fonctionnalités liées à la gestion de nos mots de passe, déjà existantes sur Safari, ont enfin été améliorées. D’autres, comme un système d’alerte s’enclenchant dès que l’on tente d’utiliser à de trop nombreuses reprises le même mot de passe, feront leur apparition.

Une déclaration de guerre à Facebook

Apple n’est pas la première entreprise à proposer des outils contre ciblage publicitaire en ligne. La fondation Mozilla, éditrice du navigateur libre et gratuit Firefox, a commencé à œuvrer il y déjà plusieurs mois contrer le pistage des internautes, en s’attaquant notamment à la technique du "canevas fingerprinting" ou de l’empreinte digitale, dont nous vous parlions plus haut. Mozilla vient également d’annoncer son association avec Tor dans le but de développer un mode d’utilisation "ultra-privé" de Firefox.

Apple va plus loin que n’importe quel acteur de la tech : il s’attaque frontalement à Facebook

De son côté, Google a commencé à proposer dès le mois de février des outils de blocage publicitaire. Mais avec sa nouvelle version de Safari, Apple va plus loin que n’importe quel acteur de la tech : il s’attaque frontalement à Facebook, érigé à Cupertino comme un nouvel ennemi à abattre. Entre Tim Cook, patron d’Apple, et Mark Zuckerberg, père du réseau social, les tensions sont d’ailleurs plus que jamais palpables.

Elles se sont donc encore fait sentir hier sur la scène du McEnery Convention Center de San José. Dans l’une de ses diapositives illustrant le principe de fonctionnement d’Intelligent Tracking Prevention 2.0 (le package de nouveautés Safari destinées à mieux protéger notre vie privée), Apple n’a pas hésité à afficher l’exemple suivant : "Voulez-vous autoriser 'facebook.com' à utiliser des cookies et des données pendant la navigation sur 'blabbermouth.net' ? Cela permettra à 'facebook.com' de suivre votre activité." 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Bonus : Tim Cook a profité du sale temps chez Facebook pour faire passer un message à Mark Zuckerberg

 

Première publication : 05/06/2018