Accéder au contenu principal

Le concours de Miss America bannit le défilé en maillot de bain, pas Miss France

Les candidates -ici lors du concours 2017-, ne défileront plus en bikini.
Les candidates -ici lors du concours 2017-, ne défileront plus en bikini. Donald Kravitz / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Miss America ne sera plus jugée sur des critères physiques. Le concours de beauté, désormais intérieure, supprime la présentation des candidates en maillot. Un nouveau modèle que ne suivra pas, pour l’instant, le comité organisateur de Miss France.

PUBLICITÉ

Révolution pour le célèbre concours de beauté américain. À l’ère de #MeToo, Miss Americane sera plus jugée sur des critères liés à l'apparence physique et va supprimer la traditionnelle présentation des candidates en maillot, a annoncé mardi 5 juin la présidente du concours, pour qui l'événement n'est désormais plus un "concours de beauté", mais une "compétition".

Exit le défilé en bikini, remplacé par un échange avec le jury, tandis que celui en robe du soir sera converti en une présentation des candidates dans la tenue de leur choix.

Chaque participante devra évoquer les projets sociaux dans lesquels elle souhaiterait s’investir si elle était élue, selon un communiqué publié par la Miss America Organization, qui chapeaute l'événement.

"Cette évolution, engendrée par le raz-de-marée #MeToo, est passionnante et paradoxale : une meilleure compréhension du sexisme et des mécanismes de violences envers les femmes a entraîné des changements fondamentaux au sein de ce concours qui demeure pourtant, par essence, sexiste", analyseRaphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l’association Osez le féminisme, contactée par France 24.

Le virage qu’a pris Miss America, dont la prochaine édition se tiendra le 9 septembre à Atlantic City, dans le New Jersey, doit beaucoup à une femme, Gretchen Carlson. Nommée présidente du conseil d’administration de la Miss America Organization début 2018, elle est une figure du mouvement en faveur des droits des femmes aux États-Unis.

"Apprendre à mener"

"Nous ne sommes plus un concours de beauté, nous sommes une compétition", a-t-elle déclaré mardi. "Beaucoup de jeunes femmes nous ont dit : nous aimerions participer au programme, mais nous ne voulons pas nous montrer en maillot et hauts talons", a expliqué Gretchen Carlson lors d'un entretien à la chaîne américaine ABC, diffusé mardi.

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour le concours de beauté emblématique, créé en 1921, dont la gagnante, choisie parmi 50 jeunes femmes représentant leur État, remporte une bourse d’études. "Qui ne veut pas s'affirmer, apprendre à être un leader, pouvoir payer ses études supérieures et montrer au monde la personne qu'elle est, au plus profond de son âme ?(...) C'est ce que nous allons juger à partir de maintenant", a-t-elle déclaré au sujet de la cérémonie.

Elle-même lauréate de Miss America en 1989, Gretchen Carlson, qui fut journaliste à Fox News, a succédé à Sam Haskell, forcé de démissionner de la direction du concours après un scandale touchant l’organisation. Celui-ci avait en effet envoyé des courriels visant notamment la lauréate 2013, dans lesquels il se moquait de sa prise de poids et commentait sa vie sexuelle.

Robes de princesse et maillots de bain pour Miss France

Mais ce changement majeur outre-Atlantique n’a pour l’heure pas inspiré le concours de Miss France, pourtant régulièrement taclé pour sa mise en scène, jugée rétrograde et sexiste. La manifestation "rassemble de nombreux téléspectateurs, a expliqué la présidente du Concours Sylvie Tellier au Huffington Post mercredi. C'est un programme qui fédère et plaît beaucoup aux Français. Ils sont attachés à ces éléments, aux robes de princesse, notamment."

Pas question, non plus, de supprimer les petites tenues. "On peut défiler en maillot de bain et être féministe", a-t-elle estimé. "On n'a jamais obligé une jeune femme à faire ce qu'elle ne voulait pas faire. Elles sont libres de choisir le maillot de bain ou la robe qu'elles veulent porter."

Un argumentaire qui ne convainc guère Raphaëlle Rémy-Leleu : "Ce concours présente les femmes comme des objets jugés principalement sur des critères physiques et repose par ailleurs sur un ressort peu avouable : les téléspectateurs regardent le programme et s’achètent une bonne conscience en se moquant des prises de parole des candidates, de leur niveau intellectuel supposé faible… ".

Autre critique émise par Osez le féminisme : les insultes proférées à l’encontre des Miss sur les réseaux sociaux tout au long de la soirée, qui a lieu tous les ans en décembre. "En laissant faire on légitime une forme de violences envers les femmes", dénonce la porte-parole de l’association.

La militante estime que les évolutions de Miss America constituent une excellente nouvelle et "conduiront, à terme, à la suppression de ces concours ringards et déconnectés".

Un point de vue que semblent partager les élus de la ville argentine de Chivilcoy. Refusant que ses citoyennes soient jugées sur leur physique, ils ont, dès 2015, remplacé les concours de beauté traditionnels par des récompenses citoyennes pour les jeunes des deux sexes.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.