Formule 1: suspens inédit au GP du Canada!

Publicité

Montréal (AFP)

Trois pilotes vainqueurs sur les six premières courses! Du jamais vu depuis 1987, offrant un vent de fraîcheur à la F1 et un scénario inédit au GP du Canada, qui a souvent produit des courses à rebondissements.

Le décor est planté. Les favoris britannique Lewis Hamilton et allemand Sebastian Vettel, l'outsider australien Daniel Ricciardo et leurs écuries respectives, Mercedes, Ferrari et Red Bull, ont profité du premier tiers de la saison pour faire la démonstration de leurs forces respectives.

Si l'avantage comptable va à Hamilton et à son équipe (avec 14 et 22 points d'avance respectivement aux classements mondiaux), cela a autant à voir avec les erreurs de Vettel et de la Scuderia qu'avec leurs propres performances, loin de la domination sans partage exercée entre 2014 et 2016.

Ricciardo, dont le sourire inaltérable s'est encore élargi depuis sa victoire en Principauté il y a quinze jours, a rappelé que Red Bull a progressé cette année et qu'il entend bien mettre la pression sur les deux quadruples champions du monde.

"Après avoir gagné à Monaco, c'est génial de retrouver immédiatement un autre circuit urbain que j'adore", clame le pilote de 28 ans, dont la cote sur le marché des transferts pour la saison prochaine ne cesse de grimper.

"J'ai eu des résultats mitigés ici mais c'est là que j'ai gagné mon premier GP en 2014 et j'étais sur le podium l'an dernier (3e, ndlr), se souvient-il. J'espère que le week-end sera encore bon pour me permettre de me lancer à la poursuite des leaders au Championnat."

Il lui faudra pour cela surmonter la pénalité qui l'attend sur la grille de départ, Red Bull ayant confirmé qu'elle changeait des éléments de son moteur suite à des problèmes rencontrés à Monaco.

- Hamilton en terrain favorable -

Après avoir "limité les dégâts" à Monaco, sur un circuit tortueux qui ne leur convient pas, selon les mots du patron Toto Wolff, Mercedes et Hamilton devraient avoir l'avantage sur les longues lignes droites québecoises, où le Britannique a remporté son premier succès en F1 en 2007 avec McLaren et reste sur trois victoires et autant de pole positions.

"Mais les performances passées ne garantissent pas le succès cette année, prévient Wolff. Il faudra tirer le meilleur des pneumatiques (le point faible des Flèches d'argent depuis l'an dernier, ndlr), si nous voulons être devant", prévient-il.

D'autant qu'une fois n'est pas coutume, la météo - souvent capricieuse à Montréal - s'annonce ensoleillée et chaude, quand les Flèches d'argent préfèrent des températures plus douces.

Il faudra donc compter sur autre chose que la pluie pour mettre du piment dans la course.

Ca tombe bien, le circuit Gilles-Villeneuve - cité parmi leurs favoris par la plupart des pilotes - est rarement avare de spectacle. "Dépasser est relativement simple, les vitesses sont élevées et les voitures poussées à leurs limites, résume Wolff. Et les murs de béton sanctionnent sévèrement la moindre erreur."

"Généralement, la piste (peu utilisée le restant de l'année, s'agissant d'un circuit temporaire, ndlr) est sale au début du week-end. Il y a beaucoup de feuilles et même des animaux", renards, écureuils, marmottes et autres oies, ajoute l'Espagnol de Renault Carlos Sainz Jr. "Cela rend les choses un peu plus difficiles pour entrer dans le rythme."

Afin de hausser le ton, Renault et Honda introduisent aussi ce week-end une nouvelle version de leurs moteurs.

Le programme du Grand Prix du Canada, 7e manche du Championnat du monde de Formule 1, dimanche sur le circuit Gilles-Villeneuve à Montréal (heures locales et françaises):

Jeudi:

10h00-11h30 (16h00-17h30): essais libres 1

14h00-15h30 (20h00-21h30): essais libres 2

Samedi:

11h00-12h00 (17h00-18h00): essais libres 3

14h00-15h00 (20h00-21h00): qualifications

Dimanche:

14h10 (20h10): départ de la course