DIPLOMATIE

Au G7, un Donald Trump mi-rassurant, mi-menaçant sur les relations commerciales

Donald Trump est parti en avance du sommet du G7 à Charlevoix mais s'est tout de même exprimé devant la presse.
Donald Trump est parti en avance du sommet du G7 à Charlevoix mais s'est tout de même exprimé devant la presse. Ludovic Marin, AFP

En quittant le G7, samedi, Donald Trump a réclamé la fin des "pratiques commerciales inéquitables", affirmant que les anciens présidents américains avaient laissé leurs partenaires "profiter des États-Unis" et qu'il était temps d'y mettre fin.

Publicité

À en croire Donald Trump, les débats lors du sommet du G7 ont été "extrêmement productifs". S'exprimant devant la presse avant son départ en avance du sommet, le président américain a déclaré samedi 9 juin avoir réclamé à ses pairs un accès plus équitable pour les États-Unis aux marchés et la fin des pratiques commerciales inéquitables.

"Les États-Unis ont été exploités pendant des décennies, on ne peut pas continuer ainsi", a déclaré le président américain.

Soulignant que la question du commerce avait dominé ses échanges avec les autres dirigeants du G7, il a dit avoir le sentiment que ce club des nations industrielles commençait à s'engager davantage en faveur d'un commerce plus juste pour les États-Unis.

Un G7 "pas conflictuel"

Donald Trump a expliqué avoir proposé à ses partenaires une zone de libre-échange du G7, sans tarifs, subventions ni barrières. Le président américain a également attribué une note de 10 sur 10 à la qualité de ses relations avec les autres dirigeants, citant particulièrement Justin Trudeau, Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Plutôt que de blâmer ses alliés actuels, Donald Trump a préféré réserver ses flèches pour ses prédecesseurs, notamment Barack Obama. Il leur reproche d'avoir conclu des "mauvais accords" pour les États-Unis. Il a averti ses pairs : "Si cela ne change pas, nous arrêterons de faire du commerce avec eux."

Ce sommet du G7 n'a pas été "conflictuel", a-t-il dit, louant la qualité de ses relations avec ses interlocuteurs. Donald Trump a tout de même menacé : "Si des pays prenaient des mesures de rétorsion commerciales, ils commettront une erreur."

Le président américain, qui a provoqué la colère de ses partenaires en imposant au début du mois des droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance du Canada, de l'Union européenne et du Mexique, a cependant prévenu que les pays qui prendraient des mesures de rétorsion commerciale commettraient une erreur.

Une "occasion unique" avec la Corée du Nord

Évoquant son sommet mardi prochain avec Kim Jong-un, Donald Trump a estimé vendredi que la rencontre constituait une "occasion unique" d'arriver à un accord sur le nucléaire avec la Corée du Nord, qui selon lui "travaille très bien" avec les États-Unis.

"C'est une occasion unique", qui "ne se représentera jamais", a insisté le président américain, se disant "vraiment confiant" avant cette rencontre, dont il saura peut-être "dès la première minute" si elle peut déboucher sur un accord.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine