COREE DU NORD

Sommet de Singapour : Donald Trump et Kim Jong-un sont arrivés sur place

Donald Trump à son arrivée à Singapour, acceuilli par le ministre des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan, le 10 juin 2018.
Donald Trump à son arrivée à Singapour, acceuilli par le ministre des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan, le 10 juin 2018. Saul Loeb, AFP

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a atterri dimanche à Singapour, en vue d'un sommet historique qui doit se tenir mardi avec Donald Trump. Le président américain, est également arrivé quelques heures plus tard à bord d'Air Force One.

Publicité

À deux jours d’un sommet historique entre les États-Unis et la Corée du Nord, le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un sont arrivés à Singapour, dimanche 10 juin. Le sommet du mardi 12 juin pourrait lancer la dénucléarisation de la Corée du Nord et marquer la fin de son isolement.

>> À lire : Kim Jong-un ou la survie du régime nord-coréen avant tout

Kim Jong-un est arrivé le premier à Singapour à bord d'un Boeing 747 de la compagnie Air China. L'avion Air Force One du président américain s'est posé peu avant 20 h 30 (12 h 30 GMT), à la base aérienne de Paya Lebar. Donald Trump était en en provenance du Canada où il a assisté au sommet du G7.

>> À lire : Au sommet de Singapour, Trump en "mission de paix" face à Kim Jong-un

Au-delà de la photo des deux hommes, inimaginable il y a quelques mois encore lorsqu'ils étaient engagés dans une inquiétante surenchère verbale, un énorme point d'interrogation pèse sur l'issue de ce tête-à-tête, que le monde entier observera mardi à la loupe.

"Une occasion unique"

Washington réclame une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord. Pyongyang s'est déclaré favorable à une dénucléarisation de la péninsule, mais cette formule très vague laisse la place à d'innombrables interprétations. L’un des possibles résultats concrets évoqués par Washington serait un accord de principe pour mettre fin à la guerre de Corée. La guerre de 1950-1953 avait en effet été conclue d'un armistice et non d'un traité de paix : Nord et Sud sont donc officiellement toujours en guerre.

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, qui a rencontré à deux reprises Kim Jong-un, a aussi fait part de son optimisme. "À bord d'Air Force One, en route pour le sommet de Singapour. Un avenir meilleur est possible pour la Corée du Nord", a-t-il tweeté.

Avant de quitter le Canada, Donald Trump a une nouvelle fois affiché samedi son optimisme sur cette rencontre dont il espère faire un marqueur de sa présidence. "J'ai l'impression que Kim Jong-un veut faire quelque chose d'important pour son peuple, et il en a l'opportunité", a-t-il lancé, voyant dans la rencontre à venir "une occasion unique (...) qui ne se représentera jamais". Jeudi, il avait même évoqué une possible invitation du leader nord-coréen à la Maison Blanche si la première prise de contact se passait bien.

De son côté, Kim Jong-un sera reçu dès dimanche par le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong. Donald Trump devrait également le rencontrer lundi.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine