Accéder au contenu principal

La France poursuit ses bonnes performances en matière d'investissements étrangers, selon une étude

La France, et Paris en particulier, étaient toujours très attractifs pour les investisseurs étrangers en 2017.
La France, et Paris en particulier, étaient toujours très attractifs pour les investisseurs étrangers en 2017. Lucas Barioulet, AFP

Les investissements étrangers fleurissent en France : en 2017, l'attractivité française s'est de nouveau améliorée, après 2016, selon une étude du cabinet d'audit EY parue lundi. L'Hexagone se place troisième, après le Royaume-Uni et l'Allemagne.

PUBLICITÉ

La France, pays de cocagne des investisseurs ? L'attractivité de l’Hexagone s’est en tout cas encore améliorée en 2017, pour la deuxième année consécutive, soutenue par la reprise économique et les réformes engagées dans l'Hexagone, selon le baromètre annuel du cabinet EY paru lundi 11 juin. "La France s’inscrit à nouveau dans le peloton de tête européen, dont elle avait décroché depuis une dizaine d’années", note le cabinet d'audit.

En 2017, 1 019 projets d'implantation ou d'extension (pour des sites industriels, des centres de décision ou de recherche) ont ainsi été recensés, soit 31 % de plus qu'en 2016, année au cours de laquelle le nombre de projets avait déjà augmenté de 30 %. La France se place au troisième rang, derrière le Royaume-Uni (1 205 projets) et l'Allemagne (1 124 projets).

En outre, pour la première fois, Paris devance Londres comme métropole européenne jugée la plus attractive par un panel de 502 dirigeants internationaux, la capitale britannique étant pénalisée par les incertitudes liées au Brexit.

En retrait en matière d’emplois créés

En matière d'emplois générés par ces projets, la France occupe en revanche le quatrième rang, avec 25 126 emplois, derrière le Royaume-Uni (50 196 emplois), l'Allemagne (31 037) et la Russie (25 788). Les États-Unis restent le premier pays d'origine des investissements étrangers en France, suivis par l'Allemagne et le Royaume-Uni.

"La reprise économique européenne est un facteur fondamental de cette embellie", a commenté Marc Lhermitte, partenaire d'EY. Mais cette dynamique tient aussi à "un effet de rattrapage" et "aux réformes mises en place pour certaines et annoncées pour d'autres", et au fait que la France s'attache plus qu'auparavant à mettre en lumière ses qualités auprès des investisseurs.

L’étude d’EY conclut également que le niveau de satisfaction des investisseurs internationaux sur la France n'a jamais été aussi élevé depuis dix ans, à 81 %, soit 8 points de plus qu'en 2016.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.