Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Afrique

Attribution du Mondial-2026 : le Maroc retient son souffle

© Issouf Sanogo, AFP | L'équipe du Maroc lors d'un entraînement en janvier 2017 en marge de la Coupe d'Afrique des nations au Gabon.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2018

Face à la candidature du trio USA/Canada/Mexique, le Maroc rêve de créer la surprise et d'être sélectionné, mercredi, à Moscou, pour accueillir le mondial de foot en 2026.

Le Maroc sera-t-il, après l'Afrique du Sud en 2010, le second pays africain à accueillir le mondial de foot, dans 8 ans ? Après déjà quatre candidatures malheureuses et face à celle du trio États-Unis-Canada-Mexique, le Maroc espère, cette fois, transformer l'essai mercredi 13 juin, à Moscou.

Le pays hôte du Mondial-2026 doit, en effet, être désigné par les plus de 200 fédérations membres de la Fifa à la veille de l'ouverture du mondial russe.

Les calculs vont bon train pour prédire qui des deux candidatures est la mieux placée pour l'emporter. Le Maroc bénéficie du soutien de nombreux pays européens et africains, à l'appel du président de la Confédération africaine de football, le Malgache Ahmad Ahmad. Mais deux pays africains ont déjà fait défection, le Liberia et l'Afrique du Sud, qui ont annoncé leur soutien au dossier présenté par les États-Unis.

Favorite, la candidature du trio États-Unis-Canada-Mexique a, elle, reçu le soutien appuyé du président américain Donald Trump, qui a menacé les pays qui ne la soutiendraient pas de sanctions politiques.

Sur un total de 211 fédérations membres de la Fifa, les quatre en lice ne peuvent prendre part au vote. Le Maroc a également demandé à deux reprises que les États liés aux États-Unis, tels que Guam ou les Iles Vierges américaines, ne puissent voter.

Opérations de séduction et lobbying

Décidé à ne pas laisser le moindre préjugé orientaliste entraver sa course, "Maroc-2026" a joué à fond l'opération séduction auprès de la presse étrangère en invitant, au cours de deux sessions au printemps, ses représentants originaires d'Amérique latine, d'Asie, ou du monde anglo-saxon, à se rendre dans le royaume pour découvrir son projet. Pour gagner la sympathie des amateurs du ballon rond, la candidature "africaine" a aussi fait appel à des légendes du continent comme Didier Drogba ou Samuel Eto'o pour mouiller son maillot.

Le royaume peut également compter sur des "influenceurs" de haut-niveau dans les pays amis. Exemple en France, où les officiels marocains, qui ont d'ores et déjà enregistré le soutien de la fédération française, comptent plusieurs relais sur la scène politique. Gilles Pargneaux, euro-député et président du groupe d'amitié Union européenne-Maroc, a ainsi passé son dernier mois "à des prises de contacts tous azimuts auprès de décideurs européens qui à tel ou tel endroit ont un pouvoir de conviction et de décision par rapport à ceux qui vont voter le 13 juin", confie-t-il à l'AFP. Suffisant pour faire la différence ?

Avec AFP

Première publication : 12/06/2018

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : le Maroc et la Tunisie qualifiés, la Côte d'Ivoire éliminée

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : ils sont arrivés, la fête va bientôt commencer

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : les Bleus, champions du monde… dans un jeu vidéo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)