Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

EUROPE

Brexit : vote à risque pour Theresa May au parlement britannique

© Simon Dawson, AFP | La Première ministre britannique, Theresa May, le 14 avril 2018 devant le 10, Downing Street.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2018

Une nouvelle épreuve de force s'annonce mardi pour la Première ministre Theresa May alors que les députés britanniques examinent en seconde lecture le projet de loi sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et le bloc communautaire.

La Première ministre britannique, Theresa May, doit affronter, mardi 12 juin, un débat à haut risque lors du nouvel examen de son projet de loi sur le Brexit par les députés, qu'elle a mis en garde contre une rébellion qui pourrait affaiblir sa main face à Bruxelles.

Ce texte, intitulé "Loi de retrait de l'Union européenne", doit mettre fin à la suprématie du droit européen sur le droit britannique, et organiser la transposition de certaines règlementations européennes. Les députés, qui avaient adopté une première version en janvier, doivent se prononcer sur une série d'amendements introduits lors de l'examen du texte à la Chambre des Lords, la chambre haute du parlement britannique, allant à l'encontre du projet gouvernemental et que Theresa May compte bien voir annulés.

Démission du secrétaire d'État à la Justice

Étant donné sa courte majorité aux Communes, et face à des récalcitrants contre la ligne qu'elle a tracée, la cheffe du gouvernement a convoqué l'ensemble des députés de son parti lundi soir pour les rappeler à l'ordre.

"Le message que nous envoyons au pays cette semaine avec nos votes est important", a-t-elle prévenu. "Nous devons montrer clairement que nous sommes unis, en tant que parti, dans notre détermination à mettre en place la décision prise par le peuple britannique" qui avait voté à 52 % pour sortir de l'Union européenne en juin 2016. "J'essaie de négocier le meilleur accord possible pour le Royaume-Uni" avec Bruxelles, a-t-elle fait valoir. "Mais si les amendements des Lords sont maintenus, cela ébranlera notre position dans les négociations".

Une mise en demeure qui a conduit le secrétaire d'État à la Justice et député conservateur pro-UE Phillip Lee à annoncer sa démission mardi matin afin de voter librement, a-t-il expliqué.

Le rapport de force actuel au sein du gouvernement pourrait forcer les députés conservateurs pro-européens à modérer leurs velléités de rébellion : s'ils infligent de nouvelles défaites à Theresa May, ce sont les ministres partisans d'une ligne dure sur le Brexit qui pourraient en sortir renforcés.

Avec AFP

 

Première publication : 12/06/2018

  • BREXIT

    Brexit : Paris pour un règlement de la question irlandaise au plus tard en juin

    En savoir plus

  • BREXIT

    Brexit : accord entre Bruxelles et Londres sur une période de transition

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Theresa May entrevoit quelques "dures réalités" suite au Brexit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)