Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Une artiste crée une réplique du pont de Brooklyn à l'aide de bouteilles en plastique

© National Geographic

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 12/06/2018

Alors que la consommation de plastique à usage unique continue d'être bien ancrée dans nos habitudes, Asher Jay tire la sonnette d'alarme en construisant un pont de Brooklyn fait de déchets.

L'art permet parfois de faire la lumière sur un certain nombre de problèmes de société : en mai dernier par exemple, un artiste israélien imprimait les conditions d'utilisations de nos réseaux sociaux pour en faire une œuvre dénonçant leur décourageante longueur. Aujourd'hui, c'est au tour d'Asher Jay, une exploratrice et artiste travaillant pour The National Geographic d'associer cause à défendre et création. 

VOIR AUSSI : Cotons-tiges, gobelets, pailles... l'Europe veut interdire les produits plastiques à usage unique

 À l'occasion de la Journée mondiale des océans vendredi 8 juin, un grand pont de plastique fait de 25 000 bouteilles a été dévoilé en plein Time Square. Réalisé par la fondation Dopper en collaboration avec The National Geographic, il a nécessité l'intervention de plusieurs artistes : Asher Jay, donc, mais également Colin Hendee, un artiste américain ayant notamment travaillé pour le festival Burning Man. 

Pourquoi avoir choisi d'utiliser le nombre exact de 25 000 déchets en plastique ? Parce que "c'est le nombre de bouteilles consommées aux États-Unis chaque seconde", explique Asher Jay à The National Geographic. Une donnée qui prend tout son sens, tout comme le monument qu'elle a choisi d'imiter. En effet, le pont de Brooklyn est une liaison vitale entre différents quartiers de New-York et l'artiste espère que les personnes qui marcheront sur l'œuvre, mesurant 9 mètres de long pour 3,3 mètres de haut, prendront conscience de leur impact sur la planète. 

Avant ce "Plastic Bridge Project", Asher Jay avait déjà initié le projet "Message in a Bottle" : 365 bouteilles, une pour chaque jour de l'année, dans lesquels des messages concernant la protection de l'environnement ont été glissés. Des célébrités comme les acteurs Harrisson Ford ou Ian Somerhalder avaient contribué à l'œuvre. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/06/2018