Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

Wall Street ouvre en petite hausse avant une décision de la Fed

NEW YORK (AFP) - 

Wall Street montait légèrement à l'ouverture mercredi en attendant la conclusion d'une réunion de la Banque centrale américaine, qui devrait annoncer une hausse de ses taux et donner des détails sur sa stratégie à venir.

Vers 14H15 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,02% à 25.325,55 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, montait de 0,37% à 7.732,07 points.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,09% à 2.789,25 points.

La Bourse de New York avait terminé en ordre dispersé mardi, les marchés faisant preuve d'un optimisme prudent après le sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un et temporisant avant la rencontre des banquiers centraux américains: le Dow Jones avait reculé de 0,01%, tandis que le Nasdaq avait pris 0,57%.

Mercredi, l'attention des investisseurs est largement tournée vers le Comité monétaire de la banque centrale américaine (FOMC) qui, selon les acteurs financiers quasi-unanimes, devrait relever une nouvelle fois ses taux d'intérêt d'un quart de point de pourcentage (0,25%) pour les porter dans la fourchette de 1,75% à 2%.

"La Fed pourra justifier sa décision assez facilement en se basant sur les gros chiffres: le chômage est historiquement bas (3,9%), l'inflation monte lentement (l'inflation sous-jacente est actuellement à 2,2%) et le marché des actions s'est bien remis de sa frayeur de février", a souligné Nicholas Colas de DataTrek Research.

L'indicateur du jour renforçait la perspective d'une remontée des taux: les prix à la production aux Etats-Unis ont fait un bond inattendu en mai, tirés par les prix de l'énergie et enregistrant leur plus forte hausse depuis cinq mois.

- "Sans précédent" -

Mais le marché réagira surtout selon M. Colas aux commentaires de la Fed et de son président lors de la conférence de presse qui suivra la diffusion d'un communiqué marquant la fin de la réunion, notamment sur "les effets des tensions commerciales et des barrières douanières sur la confiance des entreprises d'ici à la fin de l'année et en 2019".

"Le manuel du banquier central sur cet aspect est vide; le monde occidental est devenu de plus en plus intriqué depuis les années 1950 et un renversement de cette tendance, s'il se confirme, est sans précédent dans le monde moderne", a remarqué le spécialiste.

Les investisseurs surveillaient aussi le secteur des télécoms et des médias au lendemain d'une victoire notable pour l'opérateur AT&T (-4,54%), qui a reçu le feu vert d'un juge américain pour avaler le poids lourd des médias Time Warner (+3,39%).

Après cette décision, Comcast cédait 0,96%. Le câbo-opérateur pourrait lancer rapidement une contre-offre sur les actifs du groupe de médias Fox (+7,54%), déjà promis à Disney (+2,50%) en décembre.

Le marché obligataire montait un peu, le taux d'intérêt sur les bons du Trésor à 10 ans évoluant à 2,955% contre 2,961% mardi soir et celui à 30 ans reculant à 3,086% contre 3,094% à la précédente fermeture.

Parmi les autres valeurs du jour, General Motors (GM) cédait 0,69%. Le constructeur automobile a promu Dhivya Suryadevara au poste de directrice financière, qui remplacera Chuck Stevens à partir du 1er septembre.

Le groupe de prêt-à-porter Guess S'appréciait de 0,05% après le départ de son cofondateur, Paul Marciano, qui s'était mis en retrait en février après avoir été accusé de harcèlement et d'agression sexuelle.

© 2018 AFP