Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Apple améliore le cryptage de ses données pour mieux échapper aux hackeurs ou la police

© AFP/Archives | Un manifestant brandit un iPhone avec un symbole "Défense d'entrer", à New York, le 23 février 2016

WASHINGTON (AFP) - 

Apple a annoncé mercredi qu'il allait améliorer le cryptage des données sur ses iPhone pour mieux contrer des pirates informatiques ou...des policiers trop zélés.

Ces nouvelles mesures arrivent à un moment où un nouvel outil appelé GrayKey, que l'on dit capable de déverrouiller les iPhone, commence à se faire une réputation dans les milieux technologiques.

"Nous mettons le client au centre de tout", a expliqué Apple dans un communiqué mercredi. "Nous renforçons sans relâche nos protections de sécurité dans chaque produit Apple pour aider nos clients à se défendre contre les hackeurs (...). Nous avons le plus grand respect pour les forces de l'ordre et ne concevons pas nos nouvelles mesures de sécurité pour contrecarrer leurs efforts dans leur travail", s'est crue obligée de préciser la marque à la pomme.

De fait Apple s'était retrouvé au centre d'un bras de fer avec la justice américaine en refusant d'aider la police à accéder au contenu crypté du téléphone d'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino en Californie (14 morts le 2 décembre 2015).

Mais l'attitude intransigeante de l'entreprise sur la protection des données de ses clients est devenue un argument de vente supplémentaire --que ses dirigeants ne manquent pas d'exploiter-- au moment ou Facebook a dû avouer que des données personnelles de dizaines de millions de ses utilisateurs et de leurs amis avaient été partagées à leur insu.

© 2018 AFP