CORÉE DU NORD

Washington et ses alliés promettent d'être intraitables sur la dénucléarisation de Pyongyang

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et ses homologues sud-coréen et japonais, Kang Kyung-wha et Taro Kono, jeudi 14 juin 2018, à Séoul.
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et ses homologues sud-coréen et japonais, Kang Kyung-wha et Taro Kono, jeudi 14 juin 2018, à Séoul. Jung Yeon-je, AFP

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et ses homologues sud-coréen et japonais ont affiché leur unité, jeudi, assurant que les sanctions infligées à Pyongyang ne pourraient être levées avant la fin du processus de dénucléarisation.

Publicité

Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, du Japon et de la Corée du Sud ont promis, jeudi 14 juin, d'œuvrer ensemble à la dénucléarisation de la Corée du Nord et affiché leur fermeté face à Pyongyang après les concessions faites par Donald Trump lors de son sommet avec Kim Jong-un.

Mike Pompeo, Taro Kono (Japon) et Kang Kyung-wha (Corée du Sud) se sont retrouvés à Séoul pour se coordonner, deux jours après l'annonce par Donald Trump de la suspension des manœuvres militaires conjointes entre les États-Unis et la Corée du Sud, qui a jeté le trouble chez les alliés de Washington.

>> À voir sur France 24 : "LE DÉBAT - 'Sommet Trump-Kim : au-delà de l'image, quel accord ?' "

Le secrétaire d'État américain a répété l'engagement des États-Unis à ce que la dénucléarisation de la Corée du Nord soit "complète, vérifiable et irréversible" et s'est dit convaincu que Kim Jong-un avait compris qu'il était dans son intérêt qu'elle intervienne "rapidement".

Pas d'allègement des sanctions visant la Corée du Nord tant que la dénucléarisation ne sera pas complète

"C'est un processus, et un processus qui ne va pas être facile", a reconnu Mike Pompeo. Mais, a-t-il assuré, il n'y aura pas d'allègement des sanctions visant la Corée du Nord tant que la dénucléarisation ne sera pas complète.

>> À lire sur France 24 : "La fulgurante mue médiatique de Kim Jong-un"

Le chef de la diplomatie américaine s'est aussi entretenu à Séoul avec le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a estimé, à l'instar de Donald Trump mardi, que le sommet de Singapour avait éloigné le risque d'un conflit nucléaire.

"Il y a eu beaucoup d'analyses sur le résultat du sommet, mais je crois que le plus important, c'est que les peuples du monde entier, dont ceux des États-Unis, du Japon et les Coréens ont été capables d'écarter le risque d'une guerre, des armes nucléaires et des missiles", a-t-il déclaré.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine