Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Cure d'amaigrissement chez Rolls-Royce, 4.600 emplois supprimés

LONDRES (AFP) - 

Le groupe industriel britannique Rolls-Royce va supprimer 4.600 emplois en deux ans, surtout au Royaume-Uni, disant traquer des lourdeurs administratives pour devenir le motoriste numéro un des grands avions civils.

Le fabricant de moteurs pour Airbus et Boeing connaît des difficultés depuis quelques années et avait enregistré une perte nette record en 2016 avant de rebondir l'an passé. Il a déjà mis en place d'autres restructurations dernièrement, supprimant quelques milliers d'emplois, mais la cure d'amaigrissement annoncée jeudi est de loin sa plus sévère depuis le début du siècle.

En janvier, Rolls-Royce avait déclaré qu'il pourrait vendre l'essentiel de ses activités de marine civile en difficulté, à la faveur d'une réorganisation annoncée en trois pôles aéronautique, défense et systèmes de propulsion et d'énergie.

Dans la foulée de cette première annonce, la nouvelle réorganisation "vise à réduire le nombre de niveaux d'encadrement et sa complexité", afin de "créer une organisation plus simple, plus dynamique et plus saine avec des responsabilités plus claires, une productivité plus importante et des prises de décision plus rapides", a énuméré le groupe.

Le personnel de la hiérarchie intermédiaire dans les secteurs des ressources humaines et de la comptabilité sera en première ligne et le directeur général Warren East a assuré que cette restructuration serait invisible pour ses clients, le groupe entendant conserver intacte sa capacité de production.

Lors d'une conférence téléphonique, M. East a prévenu qu'une partie des emplois supprimés serait des départs contraints, même s'il a promis qu'il ne s'agissait absolument pas de licenciements boursiers. "L'objectif n'est pas de donner de l'argent aux actionnaires mais de construire une organisation top niveau", a-t-il insisté.

Le groupe emploie 55.000 personnes dans une cinquantaine de pays, dont près de 20.000 ingénieurs, mais ce sont les Britanniques qui paieront le plus lourd tribut. Parmi les 26.000 employés du groupe au Royaume-Uni, le site de Derby (centre de l'Angleterre), le plus grand de Rolls-Royce, devrait être particulièrement affecté.

"Cet annonce va ébranler les travailleurs de Rolls-Royce et leurs familles et pourrait avoir un lourd impact sur les communautés qui dépendent de ces emplois", a regretté un haut responsable du syndicat Unite, Steve Turner.

- Ambitions aériennes -

Le plan de Rolls-Royce prévoit qu'un tiers de ces postes auront été supprimés dès la fin 2018 et la totalité d'ici à la mi-2020. Pendant cette période, le groupe devrait toutefois continuer de recruter dans la production et les fonctions numériques.

Le groupe estime que la mise en place de ce plan lui coûtera 500 millions de livres (près de 570 millions d'euros), y compris les indemnisations prévues pour les employés et les frais liés à la réorganisation. Il prévoit néanmoins qu'à partir de la fin 2020, son nouvel organigramme lui coûtera 400 millions de livres de moins par an (455 millions d'euros).

Rolls-Royce reste très ambitieux pour son activité phare de fabrication de moteurs pour l'aviation civile, dans laquelle il a investi 11 milliards de livres depuis 2010 (12,5 milliards d'euros). Il met en avant que sa part de marché des moteurs d'avions gros-porteurs, qui était de 22% il a dix ans, devrait dépasser les 50% dans les années à venir.

Pour Airbus, il conçoit et produit notamment des moteurs pour les familles d'avion long-courrier A330, A350 et A380 et, chez Boeing, pour le 787. Pour ce dernier, les Trent 1000 de Rolls-Royce installé sur des Boeing 787 en service sont soumis depuis ce printemps à des contrôles poussés du fait d'une inquiétude concernant des compresseurs, occasionnant quelques perturbations pour les compagnies aériennes clientes.

M. East a toutefois pris soin de préciser que les suppressions d'emplois n'avaient "rien à voir" avec ce souci technique. Il a aussi mis en avant le potentiel du marché des moteurs d'avions en Chine.

Les investisseurs accueillaient bien ces annonces et l'action Rolls-Royce montait de 2,97% à 853,20 pence vers 08H30 GMT à la Bourse de Londres, dont l'indice vedette était dans le même temps en repli de 0,64%.

© 2018 AFP