Accéder au contenu principal

La France a proposé d'accueillir, sous conditions, des migrants de l'Aquarius

Des migrants sauvés par les équipes de SOS Méditerrannée, le 9 juin 2018.
Des migrants sauvés par les équipes de SOS Méditerrannée, le 9 juin 2018. Karpov, SOS Méditerranée, AFP

Le quai d'Orsay a annoncé jeudi que la France était prête à accueillir des migrants de l'Aquarius "qui répondraient aux critères du droit d'asile" après examen de leur situation en Espagne.

Publicité

La France est prête à accueillir des migrants du navire Aquarius "qui répondraient aux critères du droit d'asile" après examen de leur situation en Espagne, a annoncé, jeudi 14 juin, le ministère français des Affaires étrangères.

Cette annonce intervient, à la dernière minute, à la veille de la rencontre entre le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte à Paris.

Selon le communiqué du Quai d'Orsay, la "proposition" du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à son homologue espagnol, "a été accueillie favorablement par l'Espagne", qui doit recevoir le bateau de l'ONG SOS Méditerranée ayant secouru 629 migrants samedi.

Crise diplomatique entre Rome et Paris

L'Aquarius, présent depuis février 2016 dans cette partie de la Méditerranée, où il a secouru près de 30 000 personnes, était depuis dimanche au centre d'un bras de fer entre l'Italie et Malte, qui lui ont tous deux fermé ses ports, avant que l'Espagne ne se propose de l'accueillir.

Le refus de Rome de laisser accoster ce bateau a provoqué une crise diplomatique entre Paris et Rome par le biais d'échanges virulents. La France, qui n'a pas non plus ouvert ses ports à l'Aquarius, et l'Italie se sont mutuellement accusés de "cynisme". La présidence du Conseil italien a ainsi fait savoir, mardi, qu'elle refusait les "leçons hypocrites" de Paris, ou de "pays ayant préféré détourner la tête" du problème migratoire.

Un peu plus tôt, le président français Emmanuel Macron avait dénoncé la "part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien" après son refus d'accueillir l'Aquarius.

L'errance de ce bateau a mis en lumière la vacuité de la politique migratoire européenne, tiraillée entre les positions très divergentes de ses États membres.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.