Accéder au contenu principal

Angela Merkel mise en danger par sa politique migratoire en Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel se trouve en conflit ouvert avec son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer.
La chancelière allemande Angela Merkel se trouve en conflit ouvert avec son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer. Tobias Schwarz, AFP

La chancelière allemande voit sa politique migratoire contestée par son alliée au gouvernement, la CSU bavaroise. Une crise qui pourrait faire voler en éclat la coalition. Explications.

PUBLICITÉ

Le quatrième mandat d’Angela Merkel avait commencé dans la douleur – elle avait peiné à former un gouvernement – et pourrait prendre fin avant l’heure. La chancelière allemande fait face à une fronde sans précédent de son allié historique au gouvernement, le parti des ultraconservateurs bavarois de la CSU.

La formation, emmenée par son leader et ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, menace de faire voler la coalition en éclats sur la question très sensible de l’accueil des réfugiés. La CSU exige que l’Allemagne durcisse sa politique, ce qu’Angela Merkel se refuse à faire sans avoir obtenu, au préalable, une solution globale au problème migratoire au niveau européen.

Le plan de la discorde

Horst Seehofer, décidé à contester l’autorité de la chancelière, lui a lancé un ultimatum. Sans accord d’ici lundi 18 juin entre la CDU d'Angela Merkel et la CSU, il mettra en place des mesures de refoulement à la frontière, de son propre chef et contre l’avis d’Angela Merkel. Personne ne sait si la coalition au pouvoir y survivra. Surtout, les Allemands ont du mal à comprendre comment une crise politique de cette ampleur a pu éclater en quelques jours seulement.

Tout s'est en effet passé très vite. Horst Seehofer devait présenter, mardi 12 juin, un "grand plan" pour réviser la politique migratoire allemande. Plusieurs propositions déplaisaient à Angela Merkel, parmi lesquels le refoulement des migrants sans papier et de ceux dont la demande d’asile avait déjà été refusée par un autre pays européen.

Face à l’opposition de la chancelière, le ministre de l’Intérieur a choisi de ne pas présenter ses propositions au Parlement. Au lieu de cela, il a décidé d’entamer un bras de fer avec la cheffe du gouvernement, qui s’est rapidement transformé en lutte de pouvoir. Depuis lors, le ton n’a cessé de monter autour d’un plan dont personne, à ce jour, n’a vu le détail.

Une révision de la politique migratoire était inscrite dans le contrat de coalition signé par Angela Merkel. Mais la chancelière a ses limites, et Horst Seehofer les a visiblement atteintes.

Si Angela Merkel veut parvenir à une solution européenne sur la crise migratoire, et milite pour une répartition plus équitable des migrants entre les pays européens, elle a demandé à Horst Seehofer de lui laisser défendre son projet au prochain sommet à Bruxelles, qui aura lieu dans deux semaines. Pas question, a répondu le ministre de l’Intérieur.

Le plan de Horst Seehofer est-il toutefois légal ? Angela Merkel et ses partisans assurent que la proposition de refouler les demandeurs d’asile à la frontière contrevient au droit européen. Ils ont raison : la réglementation européenne impose à chaque pays d’accueil l’obligation d’étudier, pour une durée de six mois au maximum, toute demande d’asile. Pour ce faire, les États européens doivent laisser le migrant entrer sur leur territoire.

La CSU clame que la Constitution allemande leur permet de ne pas laisser entrer certaines personnes. La Loi fondamentale allemande permet, en effet, au ministère de l’Intérieur d’empêcher l’entrée sur le territoire si "l’ordre public est menacé". Le parti bavarois juge que la question migratoire est devenue un sujet qui relève de l’ordre public.

Guillaume Duval: "Une épreuve de force qui menace l''autorité d''Angela Merkel"

Dérive populiste en Europe

Angela Merkel fait les frais d’une dérive populiste en Europe, dont Horst Seehofer compte bien profiter. L’arrivée au pouvoir en Autriche du conservateur Sebastian Kurz et en Italie d’une coalition entre le Mouvement 5 Étoiles et la Ligue, qui militent pour un durcissement des règles europénnes sur l’accueil des réfugiés, est du pain bénit pour le ministre allemand de l’Intérieur. Horst Seehofer a, d’ailleurs, rencontré le chancelier autrichien mercredi, un jour après avoir défié la chancelière avec son plan controversé.

Sur le plan national, la CSU juge aussi que deux événements récents ont contribué à aviver un peu plus les tensions autour de la question migratoire. D’abord, l’organisme chargé d’étudier les demandes d’asile (le Bamf) a reconnu, fin mai, avoir attribué le précieux statut par erreur dans plusieurs milliers de cas. Ensuite, le meurtre d'une fille de 14 ans par un demandeur d’asile dans la ville de Mayence a rapidement été récupéré par le parti populiste Alternative für Deutschland (AfD) pour dénoncer la politique migratoire d’Angela Merkel.

Dans ces circonstances, Horst Seehofer ne veut pas laisser le champ libre à l’AfD. D’autant plus que la CSU, lors des dernières élections générales de septembre 2016, a perdu du terrain dans son fief bavarois face à l’AfD.

Les mauvais choix de Merkel

Le gouvernement peut-il exploser en vol ? Pour le responsable de la CDU au Bundestag (chambre basse du Parlement), Christian von Stetten, "la coalition vit peut-être ces derniers jours". Les options dont dispose Angela Merkel pour désamorcer la crise sont, en réalité, limitées et peu séduisantes pour la chancelière.

Elle peut rester ferme et décider de limoger Horst Seehofer s’il met son plan en action. Mais dans ce cas, elle risque de perdre le soutien des élus de la CSU et son gouvernement n’aurait plus la majorité au Parlement. Dans ce cas de figure, elle pourrait se retrouver forcée de poser la question de confiance devant le Bundestag. Si le vote tournait en sa défaveur, elle serait obligée de dissoudre son gouvernement et de nouvelles élections générales seraient alors à l’ordre du jour.

Angela Merkel peut aussi accepter un compromis. La CSU a soumis deux propositions que la chancelière a, jusqu’à présent, rejetées. La première : commencer à refouler les demandeurs d’asile et suspendre ces refoulements si le prochain sommet européen était un succès – c'est-à-dire qu’Angela Merkel y impose une refonte de l’accueil par pays des réfugiés. La seconde : accepter le principe d’un durcissement des règles d’accueil et les appliquer si le sommet européen échouait. Mais dans ce cas, elle "apparaîtrait faible sur la question migratoire, le seul dossier où elle donnait l’impression de garder une cohérence dans sa politique", affirme le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung.

La CSU a fait appel à un médiateur pour aider à trouver une issue à la crise en la personne du président du Bundestag, Wolfgang Schäuble. Connu pour être sur une ligne dure en matière d’immigration, l’ancien ministre des Finances d’Angela Merkel reste très populaire auprès des élus de la CDU. Il convient donc à tout le monde… sauf à Angela Merkel. Elle avait réussi à se débarrasser de cet homme politique qui commençait à lui faire de l’ombre, et le voilà qui revient drapé des habits de sauveur. Il est, actuellement, le meilleur atout de la chancelière pour désarmorcer la crise.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.