Accéder au contenu principal

Renault décide de rester en Iran, malgré le risque de sanctions américaines

Une Renault Talisman durant un salon de l'automobile près de Téhéran, en 2017.
Une Renault Talisman durant un salon de l'automobile près de Téhéran, en 2017. Atta Kenare, AFP

Renault a annoncé, vendredi, son intention de rester en Iran, malgré la mise en garde des États-Unis. Washington a menacé d'imposer des sanctions à toutes entreprises qui continuaient à faire des affaires avec Téhéran.

Publicité

D'un côté Peugeot-Citroën, qui a entamé son retrait d'Iran le 5 juin, et de l'autre Renault, qui a décidé, vendredi 15 juin, d'y maintenir une présence.

"Nous n'abandonnerons pas [le marché iranien], même si nous devons réduire notre voilure", a déclaré Carlos Ghosn, PDG de la marque au losange, lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Cette annonce apparaît comme un défi à Washington. L'administration Trump, après avoir dénoncé l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien et réintroduit les sanctions contre Téhéran, a donné jusqu'au 6 août aux entreprises européennes pour couper les ponts avec l'Iran.

Si Renault persiste et signe dans son intention de continuer à vendre des voitures aux Iraniens, le constructeur français s'expose à des amendes américaines. Les États-Unis, en raison de l'extraterritorialité de ses lois, s'arrogent le droit de punir toute entreprise qui commerce en dollars avec un pays soumis à des sanctions américaines. Depuis 2008, les entreprises européennes ont ainsi été condamnées à près de 20 milliards de dollars d'amende en vertu de cette spécificité du droit américain, a souligné le rapport parlementaire de 2016 sur l'extraterritorialité des lois américaines.

Sauver l'accord sur le nucléaire

Reste que Carlos Ghosn n'a pas précisé quelle forme prendrait la présence de Renault "à voilure réduite" en Iran. Il peut très bien décider de n'y maintenir que des bureaux avec une équipe restreinte, en espérant ainsi échapper aux foudres américaines.

La volonté du constructeur de ne pas déserter le pays s'explique commercialement : l'Iran est son neuvième marché, devant le Royaume-Uni et la Chine, d'après les résultats financiers des trois premiers mois de 2018.

Mais c'est aussi une bonne nouvelle pour le président français, Emmanuel Macron. Après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, Paris a cherché avec les autres pays européens à sauver le texte. Mais Téhéran a fait savoir à l'Europe qu'il devait y avoir des contreparties au démantèlement de ses capacités nucléaires.

L'annonce de Renault est un premier pas dans ce sens. Mais il en faudra probablement d'autres. Jusqu'à présent, les entreprises européennes avaient, à l'image de Peugeot, plutôt opté pour un retrait du pays. Le géant français pétrolier Total avait, lui aussi, fait savoir début mai que ses "projets" en Iran risquaient "d'être gelés".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.