XV de France: Bastareaud a "tourné la page" de Wellington 2009

Publicité

Wellington (AFP)

Le capitaine du XV de France Mathieu Bastareaud, de retour à Wellington en Nouvelle-Zélande neuf ans après l'épisode de sa fausse agression qui avait défrayé la chronique, a assuré vendredi avoir "tourné" la page de cette épisode.

Interrogé par la presse néo-zélandaise sur son sentiment de revenir dans l'hôtel même où les Bleus séjournaient en 2009 (il a depuis changé de nom), Bastareaud a répondu en anglais: "(Cela ne me fait) rien."

Relancé sur le fait savoir en quoi il était désormais un homme différent, il a expliqué être "plus âgé". "C'était il y a longtemps, pour moi c'est du passé. Pas pour vous, journalistes. Ma vie a continué. Pour moi, c'est un bon endroit."

A une nouvelle question de la presse française lui demandant s'il aurait préféré que les Bleus ne logent pas au même hôtel, il a déclaré, en français cette fois: "Je n'en ai absolument rien à faire. Je vais répondre avant qu'il y ait une autre question: cela fait maintenant neuf ans, j'ai tourné la page, faites-en de même. Je suis venu ici parler du match, pas de l'hôtel."

En tournée avec les Bleus en 2009, Bastareaud avait affirmé s'être fait agresser par des inconnus en rentrant à l'hôtel au petit matin après le deuxième test, disputé à Wellington (14-10 pour les All Blacks).

Le premier ministre néo-zélandais avait présenté ses excuses à son homologue, François Fillon, avant qu'une enquête n'invalide la version de Bastareaud, qui présentait une coupure à la pommette.

Agé de 20 ans, il avait alors expliqué s'être cogné contre une table nuit dans sa chambre, et François Fillon avait en retour présenté ses excuses au gouvernement néo-zélandais.