Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Kivu" de Jean Van Hamme, l’enfer congolais en bande-dessinée

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

Décollage pour une compagnie aérienne kurde d'Irak

© AFP | Une hôtesse de la compagnie kurde irakienne Fly Erbil pose devant un avion en partance de l'aéroport international d'Erbil, Kurdistan irakien, le 18 juin 2018

ERBIL (IRAK) (AFP) - 

Une compagnie aérienne kurde irakienne a effectué lundi son vol inaugural, faisant décoller avec elle l'espoir d'une renaissance économique pour la région en pleine crise, où Bagdad a levé il y a seulement trois mois son blocus aérien.

Fly Erbil, proclame en lettres d'or l'inscription sur le Boeing en partance vers Stockholm: sur le tarmac de l'aéroport international d'Erbil, le plus grand de la région autonome du Kurdistan, les officiels du gouvernement local disent espérer un retour aux années florissantes.

Il s'agit de la seule compagnie aérienne kurde à opérer en Irak actuellement.

Le groupe jihadiste Etat islamique, "EI a retardé notre projet mais aujourd'hui, nous marquons une réelle avancée", explique à l'AFP le PDG de Fly Erbil, Laund Cheikh Mamoundi, alors que la compagnie avait annoncé son lancement en 2015 mais n'a opéré son premier vol que lundi.

Fly Erbil possède déjà trois avions et espère agrandir sa flotte pour atteindre "dix avions", affirme pour sa part son directeur administratif Ahmad Jamal. La compagnie vole vers l'Europe, notamment les pays où vit une importante communauté irakienne et des investisseurs opérant en Irak, explique-t-il.

Après l'invasion de l'Irak emmenée par les Etats-Unis en 2003, le Kurdistan irakien --qui possède deux aéroports internationaux-- a connu un véritable boom économique, alors que le reste du pays s'enfonçait dans la violence. Mais la percée de l'EI en 2014 a porté un rude coup aux investissements.

Les conséquences désastreuses du référendum d'indépendance de l'automne dernier, notamment la reprise de zones disputées et de leurs champs pétroliers par Bagdad, a mis à genoux l'économie du petit territoire, qui jouit d'une importante autonomie vis-à-vis du pouvoir central à Bagdad.

Parmi ses mesures de rétorsion, Bagdad avait également imposé près de six mois de blocus aérien aux aéroports d'Erbil et de Souleimaniyeh.

Aujourd'hui, se félicite l'hôtesse de l'air Nisrine Rachid, robe droite bleue marine et ceinture jaune, "nous servons nos clients, et en Kurde!". "Je pense que cela les rend heureux, et nous, nous sommes ravis de les servir en Kurde", assure en souriant cette Kurde d'Irak.

Selon une étude de 2015 de la Banque mondiale, l'économie kurde irakienne a souffert du déficit budgétaire et de l'afflux de déplacés. "La croissance a connu une baisse de 5% entre 2013 et 2014 tandis que le taux de pauvreté est passé de 3,5% à 8,1% durant la même période", affirme le rapport.

La région vend son pétrole à l'avance contre des prêts. Le Kurdistan a ainsi emprunté plus de trois milliards de dollars au cours des trois dernières années qui sont remboursés par des barils chaque mois.

© 2018 AFP