Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Découvertes

L'Australie est en passe de retirer sa taxe sur les protections périodiques

© BSIP/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 18/06/2018

Le projet de loi a été approuvé par le Sénat australien ce lundi 18 juin. Cette évolution va-t-elle créer un précédent ailleurs dans le monde ?

En plus des (nombreux) désagréments connus par les femmes durant leurs règles, le prix des protections hygéniques vient s'ajouter à la liste des ennuis causés par ce rendez-vous mensuel. Heureusement, il semblerait que les choses soient doucement mais sûrement en train d'évoluer dans le sens des femmes. 

VOIR AUSSI : Ce tampon connecté va permettre de suivre ses règles au plus près

Depuis 2000, une taxe appelée GST (que l'on nomme TPS côté français) a été apposée à de nombreux produits d'hygiène féminine en Australie. Résultat, les tampons, cups et autres serviettes sont considérés comme des "biens non-essentiels ou de luxe", et leur coût est majoré de 10 %. En revanche, d'autres produits relatifs à la santé tels que les préservatifs, les patch de nicotine ou encore les crèmes solaires ne sont pas majorés. 

En 18 ans, de nombreuses révoltes contre cette décision ont animé l'Australie, comme la pétition "Stop taxing my period" ("arrêtez de taxer mes règles") qui recueille aujourd'hui plus de 104 000 signatures.

Un projet de loi approuvé, mais pas encore adopté

Ce lundi, l'Australie a approuvé un projet de loi rédigé par Janet Rice, une sénatrice du parti des Verts australiens, consistant à retirer cette taxe. "Si les hommes cisgenres avaient tous les mois besoin de ces produits d'hygiène à cause d'une fonctionnalité naturelle de leur corps, la taxe n'aurait certainement pas été apposée de cette manière", a déclaré la politicienne lors d'une deuxième lecture du projet de loi le 9 mai dernier. "La loi actuelle qui taxe la biologie des personnes qui ont leurs menstruations n'aurait jamais dû voir le jour".

Même si le projet de loi a été approuvé par le Sénat, il faut encore que les gouvernements des États australiens valide ces changements. Ce qui n'est pas gagné, puisque si les États dirigés par le parti travailliste australien y sont favorables, ceux qui sont libéraux s'y opposent encore, comme le rapporte Buzzfeed dans un article publié ce jour. 

Et en France ? 

Côté français, la "taxe tampon" a été abaissée en 2015, passant de 20 % à 5,5 %. D'autres organismes, comme la mutuelle étudiante LMDE, ont suivi le mouvement en proposant notamment depuis avril 2018 le remboursement des protections périodiques des étudiantes, sur présentation d'un justificatif d'achat. 

Dans le domaine, l'Écosse est en passe de devenir pionnière en la matière : à partir du mois d'août 2018, des protections vont être distribuées gratuitement aux femmes en situation de précarité. 18 000 femmes au total seront donc aidées par le gouvernement écossais d'ici l'été prochain. 

– Retrouvez l'article de Shannon Connellan sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 18/06/2018