Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Afrique

Mali : 25 corps retrouvés dans des fosses communes

© Daphné Benoit, AFP | Des soldats de l'armée malienne, en novembre 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/06/2018

Les corps de 25 personnes ont été retrouvés dans le centre du Mali, après une série d'arrestations par l'armée malienne mi-juin. Une ONG et des habitants dénoncent des exécutions sommaire, ce que démentent les autorités.

Les corps de 25 personnes ont été retrouvés dans trois fosses communes dans le centre du Mali,selon des informations de l'AFP obtenues lundi 18 juin. Une découverte qui a fait suite à une série d’arrestations par l’armée malienne la semaine précédente.

Ces derniers mois, les annonces par l'armée malienne de la "neutralisation de terroristes" dans cette région ont souvent été contestées par les organisations de défense des droits de l'Homme et par des habitants, qui ont dénoncé des exécutions extrajudiciaires.

Kisal, l'association de défense des droits des populations pastorales, affirme dans un communiqué que, la semaine dernière, "lors d'une opération de l'armée malienne dans les localités de Kobaka et Nantaka, au centre du Mali, 25 personnes issues de la communauté peule ont été arrêtées".

"Les riverains alertés par les coups de feu ont effectué par la suite un ratissage dans les environs", découvrant "trois fosses communes contenant au total 25 corps", selon Kisal, qui fournit une liste nominative de 18 personnes identifiées et "s'indigne contre cette énième exécution de trop".

Un démenti de l’armée

Interrogée par l'AFP, une source au ministère de la Défense a démenti "ces accusations d'exécutions sommaires", ajoutant qu'une enquête avait été ouverte. Un porte-parole du ministère a récusé le terme "d'exactions" de l'armée. "La zone en question est dangereuse, des militaires maliens en visite auprès de leurs familles y ont perdu la vie", a-t-il affirmé, faisant état de la présence de "terroristes et d'hommes armés non identifiés".

Selon un habitant de Nantaka, Hama Kelly, à leur arrivée dans le village, des militaires maliens ont commencé par arrêter toute personne qu'ils rencontraient. "Ils ont récupéré leurs téléphones portables et cartes d'identité. C'est après que les Songhaï ont été libérés, mais tous ceux qui sont peuls sont restés avec eux", a-t-il déclaré. Le gouverneur de la région de Mopti, le général Sidi Alassane Touré, a dit ne pouvoir faire aucun commentaire. "Une unité de l'armée est dans la zone, j'attends son retour pour faire le point", a-t-il indiqué.

L'armée malienne est la plus touchée par les attaques jihadistes, en particulier dans la région de Mopti, souligne dans son dernier rapport trimestriel sur le pays le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Avec AFP

Première publication : 18/06/2018

  • MALI

    L'otage française Sophie Pétronin, enlevée au Mali en 2016, apparaît dans une nouvelle vidéo

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : la police réprime une manifestation à Bamako, l'opposition et de l'ONU condamnent

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : Ibrahim Boubacar Keïta officialise sa candidature pour la présidentielle de juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)