Accéder au contenu principal

La moitié des migrants de l'Aquarius veut demander l'asile en France

Le navire humanitaire Aquarius est arrivé à Valence, dimanche 17 juin, avec une centaine de migrants à son bord.
Le navire humanitaire Aquarius est arrivé à Valence, dimanche 17 juin, avec une centaine de migrants à son bord. Jose Jordan, AFP

Près de la moitié des 630 migrants secourus par l'Aquarius et arrivés dimanche dans le port espagnol de Valence veut demander l'asile en France, selon Madrid.

PUBLICITÉ

Au lendemain de leur arrivée en Espagne, les 630 migrants de l'Aquarius veulent pour près de la moitié demander l'asile en France, a annoncé lundi 18 juin le gouvernement espagnol dans un communiqué.

>> À voir : "Le naufrage de l'Europe forteresse"

Samedi, Madrid avait annoncé avoir accepté la proposition de la France d'accueillir une partie des passagers de ce bateau, secourus dans la nuit du 9 au 10 juin au large de la Libye et débarqués dimanche matin à Valence. Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, a toutefois estimé dimanche qu'il était "impossible" d'en déterminer le nombre.

Une majorité de Français contre l'accueil de l'Aquarius dans un port français

Une équipe de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) doit se rendre à Valence "dans la semaine", a indiqué son directeur général Pascal Brice.  "Dès lors que les autorités espagnoles nous auront fait connaître le nombre de personnes concernées, une équipe de l'Ofpra se rendra sur place pour mener les entretiens et s'assurer que les personnes relèvent bien du droit d'asile", a-t-il déclaré.

En France, alors que le choix de ne pas accueillir le navire passé près de ses côtes avait été critiqué jusqu'au sein du parti du président Emmanuel Macron, un sondage publié lundi a montré qu'une majorité de Français était contre l'accueil de l'Aquarius dans un port français. Selon ce sondage réalisé par OpinionWay pour les médias Public Sénat, Les Échos et Radio Classique, 56 % des Français estiment que la France a fait le bon choix en n'accueillant pas l'Aquarius, contre 42 %, qui pensent le contraire (2 % ne se sont pas prononcés).

>> Aquarius : "Une ligne de fracture en Europe" sur la question migratoire

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.