Accéder au contenu principal

OnePlus, Xiaomi et maintenant Oppo : les fabricants de smartphones chinois vont-ils finir par engloutir le marché européen ?

Oppo

Après Xiaomi le mois dernier, le constructeur chinois Oppo, numéro 4 sur le marché mondial des smartphones, débarque en France ce mardi. Tous ces puissants constructeurs chinois ont-il senti qu'il était temps de passer à l'offensive en Europe ?

PUBLICITÉ

Alors que la marque Xiaomi, passée numéro un en Inde et numéro quatre mondial en l’espace d’un an, a débarqué en France le 22 mai dernier, en inaugurant une boutique digne d’un Apple Store (ou presque) dans le cœur de Paris, c’est au tour d’un autre géant chinois de partir à la conquête de l’Hexagone. Son nom : Oppo. Quatre petites lettres qui pourraient donner aujourd’hui des sueurs froides aux Sud-Coréens et aux Américains.

VOIR AUSSI : Ce qu’il faut savoir de Xiaomi, la marque chinoise "low-cost" qui débarque en France

Oppo est en réalité un véritable mastodonte en Chine, où il domine depuis plusieurs années le marché de la téléphonie mobile, après s’être hissé, devant Samsung et juste derrière Huawei, sur la seconde marche du podium. Pourtant, la firme ne s’est lancée que tardivement dans la fabrication de smartphones – en 2011, précisément –, son secteur de prédilection restant à l’époque les lecteurs mp3 et multimédia portables.

Oppo est en réalité un véritable mastodonte en Chine, où il domine depuis plusieurs années le marché

Son succès dans l’Empire du Milieu, elle le doit d’abord à son réseau de distribution très développé (ses smartphones furent rapidement commercialisés chez la plupart des revendeurs, même dans les plus petites villes du pays), mais surtout à ses produits soignés malgré leurs prix attractifs. La marque fait d’ailleurs presque figure d’exception dans sa ville natale, Dongguan, au sud de la Chine, où pullulent les usines d’articles bon marché.

À l’échelle internationale, le fabricant s’est donc fait une place dans le top 5 des constructeurs les plus rentables, juste derrière Samsung, Apple et Huawei. Filiale de la multinationale BBK Electronics, qui détient également Vivo – dont l’arrivée en Europe ne saurait tarder –, elle est également la société-mère d’un autre outsider qui a plus que jamais le vent en poupe chez nous : OnePlus. Malgré tout, Oppo reste à ce jour méconnu du grand public en France. Sans doute plus pour longtemps.

La "success-story" européenne de Huawei comme modèle

"Il y a cinq ans, personne n’aurait imaginé que Huawei, dont le tout nouveau P20 est un gros succès, allait finir par occuper une telle place de choix en Europe. Oppo pourrait aussi bien en faire de même, bien que la compétition soit devenue plus féroce encore", explique Roberta Cozza, directrice de recherche chez Gartner, un cabinet d'analyse du marché des nouvelles technologies. Mardi 19 juin, Oppo fera donc son entrée en grande pompe sur le marché européen, au cours d’un événement privé organisé dans le musée du Louvre, à Paris. La marque devrait y présenter son Oppo Find X, un smartphone que les rumeurs annoncent comme le plus borderless au monde.  

"Les fabricants chinois sont désormais matures pour l’Europe. Leurs produits sont suffisamment bons, et le succès de Huawei leur a prouvé qu’ils avaient une vraie place à prendre sur le continent", poursuit Roberta Cozza. Mais face à un ralentissement du marché du mobile en Chine – le tout premier de l’histoire du pays –, "ils ont surtout besoin d’un nouveau relais de croissance en dehors de leur territoire, où les affaires ne sont plus aussi florissantes qu’avant."

Un challenge difficile à relever

Le Vieux continent serait-il donc une bonne porte de secours ? "C’est loin d’être aussi simple. Le marché est totalement saturé, et ils vont non seulement devoir proposer de la qualité à moindre coût, mais aussi se construire une solide image de marque à coup d’opérations marketing efficaces", poursuit l’analyste. Plus important encore : il leur faudra s’entourer des meilleurs partenaires locaux, et notamment parvenir à séduire les opérateurs.

"Ils vont devoir se construire une solide image de marque à coup d’opérations marketing efficaces"

En Asie, et notamment dans les pays du Sud-Est, la stratégie d’Oppo semble payer. Ciblage marketing local et pointu, partenariats avec des acteurs et chanteurs locaux… La marque dépense sans compter dans la communication. Désormais, c’est au Maghreb qu’elle tente de reproduire cette recette gagnante.

VOIR AUSSI : Un million de OnePlus 6 écoulés en trois semaines : "pas surprenant" pour Carl Pei, fondateur de la marque

Apple et Samsung doivent-ils trembler pour autant ? "Samsung a de quoi commencer à s’inquiéter, surtout en ce qui concerne les ventes de ses smartphones milieu de gamme. Je dirais en revanche qu’Apple n’a pas vraiment de souci à se faire : la puissance de son image de marque et son écosystème spécifique la placent en dehors de l'échiquier. Pour l’instant. À mon avis, le plus menacé pour l'instant est celui auquel on pense le moins : Wiko, le petit français". Français, plus vraiment. En février dernier, Wiko a annoncé qu'il fusionnait intégralement avec Tinno, une entreprise... chinoise. À moins que la marque ne parvienne à conquérir à son tour le marché asiatique.

Quelque chose à ajouter ? Dites-en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.