Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Suède: cinq personnes blessées dans une fusillade à Malmö

© TT News Agency/AFP | Cordon de police après la fusillade dans le centre de Malmö en Suède, le 18 juin 2018

STOCKHOLM (AFP) - 

Une fusillade a éclaté lundi soir dans le centre-ville de Malmö, dans le sud de la Suède, faisant cinq blessés, arapporté la police locale.

Un porte-parole a confirmé à l'AFP que la piste terroriste était écartée.

"L'état de santé des victimes n'est pas encore connu pour le moment", a indiqué la police de Malmö dans un communiqué.

Selon le quotidien Aftonbladet, les victimes ont été visées alors qu'elles sortaient d'un cybercafé, sur la rue Drottningatan, dans le centre-ville, non loin d'un commissariat. L'alerte a été donnée peu après 20 heures (18H00 GMT).

D'après plusieurs témoins cités par les médias locaux, au moins un assaillant aurait tiré à l'arme automatique.

Pour le moment, la police s'est refusée à commenter le profil du ou des assaillants, ni celui des victimes. Plusieurs blessés serait connus des services de police, précise l'agence de presse.

Si la Suède enregistre une criminalité relativement faible, les quartiers défavorisés de Stockholm, Göteborg et Malmö connaissent depuis plusieurs années une montée de la violence attribuée par les autorités à des rivalités entre bandes liées au contrôle du trafic de drogue et de la prostitution.

© 2018 AFP