Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Le Parlement réuni en Congrès le 9 juillet, en session extraordinaire à partir du 3

© AFP/Archives | Emmanuel Macron s'exprime lors du congrès à Versailles le 3 juillet 2017

PARIS (AFP) - 

Le Parlement sera réuni en Congrès le lundi 9 juillet à Versailles, où Emmanuel Macron doit s'exprimer, et il est convoqué en session extraordinaire à compter du mardi 3 juillet, précise le Journal officiel mardi.

L'Elysée avait indiqué en mai, sans confirmer la date, que le chef de l'Etat s'exprimerait de nouveau devant le Congrès à Versailles en juillet, comme il l'avait fait en 2017 et comme il avait promis de le faire chaque année.

Le 3 juillet 2017, soit deux mois après son élection et à la veille de la déclaration de politique générale d'Edouard Philippe, Emmanuel Macron avait fixé devant le Congrès le cap de son action pour le quinquennat, annonçant notamment la réforme des institutions.

Avant cela, le Parlement aura entamé sa session extraordinaire estivale à parti du 3 juillet, selon le Journal officiel. Les projets de loi sur l'immigration et l'asile, sur le droit à l'erreur, et sur l'"avenir professionnel", ainsi que les propositions de loi "fake news" seront notamment au menu, en plus de la révision constitutionnelle.

Le projet de révision de la Constitution, premier des trois textes de réforme des institutions, sera débattu dans l'hémicycle les deuxième et troisième semaines de juillet, avait précisé ces derniers jours le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner.

Députés et sénateurs discuteront également du projet de loi relatif à la lutte contre la fraude, de celui renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, et du projet de loi "pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine", précise le JO.

Sera aussi examiné le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025.

Outre la proposition de loi organique relative à la lutte contre les fausses informations, les parlementaires débattront notamment de la proposition de loi sur la lutte contre les rodéos motorisés, de celle relative à l'harmonisation de l'utilisation des caméras mobiles par les forces de l'ordre et de celle sur l'interdiction de l'usage du téléphone portable dans les écoles et les collèges.

© 2018 AFP