Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Assistants parlementaires FN : Marine Le Pen doit rembourser 300 000 euros au Parlement européen

© AFP (archives) | La présidente du Rassemblement national (ex-Front national), Marine Le Pen.

Vidéo par Laura MOUSSET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2018

La Cour de justice de l'UE a débouté mardi Marine Le Pen, à qui le Parlement européen réclame 300 000 euros pour avoir rémunéré avec les deniers européens une assistante européenne dotée de fonctions au siège du parti.

La justice européenne a confirmé mardi 19 avril que la cheffe de l'extrême droite française, Marine Le Pen, devait rembourser près de 300 000 euros réclamés par le Parlement européen, en raison de l'emploi douteux d'une assistante parlementaire quand elle était eurodéputée.

Le Tribunal de l'Union européenne, basé à Luxembourg, a débouté la présidente du Rassemblement national (RN, ex-Front National) qui demandait l'annulation d'une décision de recouvrement de cette somme prise par le Parlement européen fin 2016.

"Mme Le Pen n'a pas été en mesure de prouver que son assistante a réalisé un travail concret. (...) Elle n'a fourni aucune preuve d'une activité de la part de l'assistante parlementaire qui entre dans le champ de l'assistance parlementaire", note la cour de Luxembourg dans son arrêt.

"Démarche d'agression politique"

Interrogée par France 24, l'intéressée a réagi : "C'est un scandale, je vais faire appel". Marine Le Pen était aussi interrogée dans l'émission Mardi Politique : "Le Parlement européen est clairement dans une démarche d'agression politique à l'égard des groupes d'opposition dans leur ensemble. L'intérêt, c'est de nous gêner, de nous mettre des bâtons dans les roues. S'il faut aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme, nous irons. L'intégralité de nos droits a été violée".

La Cour de justice de l'UE avait déjà rejeté l'an dernier la demande en référé de Marine Le Pen de suspendre les retenues sur son salaire d'eurodéputée, mises en place par le Parlement pour récupérer son dû dans cette affaire, estimé à 298 500 euros.

Le Parlement européen a déjà récupéré 60 000 euros

Marine Le Pen, eurodéputée de 2009 à 2017, avait en effet vu son indemnité parlementaire et son indemnité de séjour amputées de moitié à partir de début 2017. Ces recouvrements avaient cessé de fait quand elle a quitté le Parlement européen au courant de l'année 2017.

Les retenues réalisées avant son départ sur ses revenus d'eurodéputée ont permis au Parlement de récupérer environ 60 000 euros, a indiqué une source parlementaire. Pour le reste, le Parlement européen compte sur les suites de la procédure en cours devant la justice française, dans laquelle il s'est porté partie civile. Le recouvrement contesté par Marine Le Pen porte sur des sommes liées à l'emploi de Catherine Griset en tant qu'assistante parlementaire de fin 2010 à début 2016.

S'appuyant sur une enquête de l'Olaf, l'Office antifraude de l'UE, le Parlement européen avait estimé que Marine Le Pen lui devait au total environ 340 000 euros pour les emplois jugés fictifs de Catherine Griset, ainsi que d'un autre assistant parlementaire.

Marine Le Pen dispose désormais de deux mois pour demander un éventuel pourvoi devant la Cour de justice de l'UE.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/06/2018

  • FRANCE

    Les comptes de campagne de Macron, Mélenchon, Le Pen et Hamon visés par une plainte d'Anticor

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Le Front national perd son appellation historique et devient Rassemblement national

    En savoir plus

  • FRANCE

    De Front à Rassemblement national : "Ressemblement national", raille la presse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)