Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Sports

Mondial-2018 : Égypte, Maroc, Tunisie... la malédiction des arrêts de jeu

© Paul Ellis, AFP | L'attaquant marocain Aziz Bouhaddouz inconsolable après avoir marqué contre son camp face à l'Iran.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2018

Des débuts cauchemardesques pour les sélections arabes. L’Égypte, le Maroc, et la Tunisie ont tous trois perdu leur premier match du Mondial-2018 dans les arrêts de jeu. Un scénario catastrophe qui hypothèque leurs chances de qualification.

Malédiction, scoumoune ou mauvais œil ? Trois des quatre pays arabes engagés dans la Coupe du monde de football 2018, l’Égypte, le Maroc et la Tunisie, se sont inclinés dans les ultimes secondes de leur premier match, à la suite d’un coup de pied arrêté. À chaque fois, c’est le même scénario cruel qui est venu doucher les espoirs de leurs bouillants supporters.

"Le football est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin ce sont toujours les arabes qui perdent", a ironisé le site satirique algérien el-Manchar, parodiant la célèbre phrase de Gary Lineker ("...et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent"). Sarcastique, le site parodique s’amuse en annonçant que la Ligue arabe, ulcérée par ces résultats, auxquels il faut ajouter la débâcle de l’Arabie saoudite lors du match d’ouverture conter la Russie (défaite 5-0), a saisi la FIFA pour réduire le temps des rencontres à 89 minutes "et supprimer le temps additionnel qui nous a été fatal".

Après avoir longtemps tenu tête à l’Uruguay, les Égyptiens, privés de leur star Mohamed Salah, ont encaissé un but à la 89e minute, inscrit de la tête par José Gimenez, à la suite d’un coup franc excentré. Un résultat (0-1), qui oblige déjà les Pharaons à l’emporter ce soir contre la Russie, afin de garder une chance de se qualifier pour le 2e tour.

Le lendemain, c’est le Maroc de Mehdi Benatia qui déchantait, alors que cela faisait 20 ans que le pays attendait de participer de nouveau à la Coupe du monde. Après avoir dominé l’Iran, une sélection vaillante mais largement à leur portée, les Marocains ont cédé dans les arrêts de jeu, à la 95e minute, sur but contre son camp du malheureux Aziz Bouhaddouz, à la suite de l’ultime coup-franc du match (0-1). Un cauchemar pour les hommes d’Hervé Renard qui doivent désormais jouer leur qualification contre le Portugal et l’Espagne.

Enfin, lundi, ce sont les Aigles de Carthage qui, après avoir courageusement résisté, ont craqué contre l’Angleterre dans les arrêts de jeu également (1-2), sur un but marqué par l’impitoyable Harry Kane à la 91e. Les Tunisiens vont désormais devoir se surpasser contre la Belgique et le Panama, afin d'éviter une élimination au premier tour, comme à chacune des ses participations au Mondial, en 1978, 1998, 2002 et en 2006.

Première publication : 19/06/2018

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : l'Angleterre s'impose sur le fil face à la Tunisie

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : la Belgique déroule face au Panama

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2018 : le Brésil de Neymar tenu en échec par la Suisse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)